Le Maroc n’est pas encore qualifié en CAN

Encore une fois, la sélection du Maroc a été malmenée par une petite mais séduisante équipe des Iles des Comores. Après une victoire «volée» au match aller à domicile sur un petit but et grâce à un penalty «offert» par l’arbitre dans le temps mort de la rencontre, l’équipe nationale n’a pu faire mieux qu’un nul (2-2) au match «retour» dans cette double confrontation des  3e et 4e journées des éliminatoires de la CAN 2019.

Après ces résultats arrachés dans la douleur, le Maroc n’a pas encore assuré sa qualification pour la prochaine CAN…  Certes, le Onze national reste en 2e place avec 7 points toujours à une unité du Cameroun qui a été, lui aussi, contraint au nul par le Malawi (0-0) après avoir remporté la première manche dans son fief (1-0).

Mais ce qui est plus étonnant dans ce groupe où les positions restent figées puisqu’une seule équipe sera qualifiée en plus du Cameroun, qui a l’avantage de pays organisateur de sa « CAN » jusqu’à nouvel ordre, reste la mauvaise prestation du Maroc qui n’arrive plus à convaincre.

C’est vrai, le Onze national n’a plus cette belle image qu’il nous a donnée lors du Mondial russe où il a rivalisé avec les grands tels que le Portugal et l’Espagne avec le mérite de se qualifier au moins pour le second tour sans le scandale de l’arbitrage et sa nouvelle technologie qui ont vraiment lésé tous les Marocains.

En revenant sur la terre africaine, les Lions de l’Atlas sont passés à côté de la catastrophe face à une formation comorienne qui est tout simplement à la recherche de sa raison d’être. Ce qui a été constaté dans le fief des Comores après Casablanca où l’équipe nationale a manqué de solutions, de mobilité et de coordination entre les lignes ainsi que le manque d’inspirations qui a été criard face à une sélection qui a montré que toutes les équipes sont difficiles à jouer, comme s’est dit le sélectionneur national, Hervé Renard, qui reste le premier responsable de la mauvaise prestation de son équipe.

A Casablanca, Renard a eu le courage d’avouer la honte de son groupe. Mais aux Comores, il s’est dit satisfait du résultat de la rencontre. De quel résultat parle-t-il puisque ses Lions ne font que se compliquer la mission de la qualification… ?

Car disons-le bien, tout reste à jouer dans ce groupe derrière le Cameroun. Certes, le Onze national nourrit des espoirs puisqu’il reste 2 journées et 6 points à prendre dont 3 à domicile contre le Cameroun et un point dans le fief du Malawi. Mais qu’en serait-il, Dieu n’en déplaise, si le Maroc perd ces rencontres… ? A ce moment-là tous les espoirs s’évaporeraient…

Tout porte à croire qu’on ne peut pas avancer avec le style suivi par Hervé Renard et ses choix jugés mauvais concernant l’effectif composé d’une grande majorité des joueurs professionnels d’étranger au détriment de certains Botolistes qui ont bien leur place chez les Lions et qui ne méritent guère d’être testés dans une mi-temps ou même un match voire deux , trois et plus… Franchement parlant, dans tout ce groupe dit professionnel d’Europe, il y a seulement 5 à 6 joueurs qui ont le mérite de porter le maillot de l’équipe nationale dont le capitaine Benatia et son ami Harit éloignés depuis le récent Mondial pour des causes jugées disciplinaires mais qui restent injustes si ce n’est injustifiables. Les autres pros de Renard n’ont malheureusement pas le niveau de certains joueurs marocains qui font les beaux jours de leurs clubs à l’image de ceux du WAC vainqueur, l’année dernière, de la Ligue des Champions ou du Raja qui est cette saison tout proche de son nouveau sacre en Coupe de la CAF…

Qu’en pensent Renard et ses Lions qui ne sont pas encore qualifiés pour la prochaine CAN… ?

Related posts

*

*

Top