9è Festival maghrébin du film d’Oujda sous format digital

O.K

Le coup d’envoi de la 9è édition du Festival Maghrébin du film d’Oujda a été donné ce mercredi 25 novembre sous format digital en raison des circonstances liées à la Covid-19. Six longs-métrages et douze courts-métrages sont programmés dans le cadre de cette compétition officielle.

Pour cette édition exceptionnelle, les longs métrages en lice sont «Le droit chemin» du réalisateur algérien OkachaTouita, «Fataria» du Tunisien Walid Tayaa, «Pour la cause» du Marocain Hassan Benjelloun, «La cinquième saison» de l’Algérien Ahmed Benkamla, «La Guérisseuse» du Marocain Mohamed Zineddain et «Vagues brisées» du Tunisien Habib Mestiri.

Dans la catégorie des courts métrages, les productions participantes sont «La fausse saison» (Algérie), «Alone» (Tunisie), «Encre ultime» (Maroc), «Dajjal» (Tunisie), «Parfum» (Maroc),«Jamila in the time of hirak»(Algérie), «Ghost of spacetime» (Maroc), «Gone and never back» (Mauritanie), «Alopsy» (Maroc), «Casa ma belle» (Maroc), «True story» (Tunisie) et «The last wave» (Maroc).

Organisée par l’Association Ciné Maghreb, le jury de cette manifestation cinématographique pour cette édition digitale est présidé par réalisateur, scénariste et producteur marocain Abdeslam Kelai qui est épaulé par le réalisateur mauritanien Mohamed Cheiguer, l’actrice algérienne RymTakoucht, l’actrice tunisienne Aicha Ben Ahmed et le réalisateur libyen Osama Rezg, peut-on lire sur le site web du festival.

Outre la compétition officielle, le programme de cette édition comprend notamment des webinaires autour du thème «Culture et Cinéma après la COVID-19», des ateliers sur le maquillage, le scénario et la réalisation et des Master Classes encadrés par les acteurs marocains Rabii Kati et Omar Lotfi et l’actrice tunisienne Aicha Ben Ahmed.

Il est à noter que ce festival se veut un carrefour de rencontres d’artistes, de célébrités, de cinéastes et de cinéphiles issus de divers pays, ainsi qu’une interface d’écoute et d’action contribuant à l’essor culturel de la région, à travers la formation et l’échange de ressources et de compétences spécialisées dans l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel de manière générale.

*

*

Top