Abdeljabbar Louzir: emblème de l’authenticité du théâtre marocain

Un grand nom de la scène théâtrale nationale! Un géant de la comédie marocaine! L’un des pionniers du théâtre marocain! Abdeljabbar Louzir est sans aucun doute un comédien original qui est toujours resté égal à lui-même.

Issu de Marrakech, cet artiste accompli a vécu les hauts et les bas du théâtre et de la scène artistique nationaux. Un vrai bahjaoui, Abdeljabbar porte cette joie de vivre et le sens de l’humour marrakchi. En effet, d’un gardien de but à un comédien, Abdeljabbar a parcouru  un long chemin et un parcours artistique qu’il a entamé avec son ami le comédien et humoriste, Mohamed Belkass. Les deux formaient à l’époque un véritable duo comique qui a fait rire le public aux éclats pendant de longues années.

C’est en 1929 dans la ville ocre qu’Abdeljabbar Louzir voit le jour. Une ville qui l’inspire à travers la Halqa et les arts populaires qui font vibrer ses espaces emblématiques dont la mythique place de Jamaa El Fna. En 1948, le comédien fait ses premiers pas sur scène en intégrant la fameuse troupe «Al Atlas» pour le théâtre populaire basée sur Marrakech. A côté de son activité artistique, Abdeljabbar Louzir est également connu par son militantisme pour l’indépendance du pays et ses activités nationalistes, ce qui lui a valu deux années de prison. Mais, malgré cela, il n’a jamais rompu le lien avec l’art, plus précisément le théâtre.

A la fin des années 50, le comédien fait son entrée en envergure sur les planches dans la troupe «Al Wafa Al Mourrakouchia» qui a mêlé le théâtre dans sa forme classique et les autres arts populaires comme la Halqa. Ensuite, il retrouve enfin son ami de longue date, Mohamed Belkass, ainsi que d’autres noms qui ont marqué toute une génération, entre autres Abdeslam Chraïbi Abdelhadi Lyitime, Mohamed Sebti et d’autres. Il est à rappeler que cette troupe avait apporté un style nouveau dans le théâtre marocain en puisant sa propre identité dans la culture marocaine et la spécificité de la culture de la ville des sept saints, notamment la Halqa, la poésie, le Zajal et d’autres formes artistiques. Après le départ de son ami et son camarade de route (Belkass), le comédien s’est retrouvé seul sur scène avant de reprendre sa place parmi les grandes figures du  théâtre marrachi et national.

L’artiste a toujours gardé cette allure et ce style classe de jeune marrakchi («jellaba» et «tarbouch»). Il a en outre charmé et fasciné le public par son jeu, sa maîtrise des personnages et des rôles, ses gestes, ses dialogues et les expressions de son visage. Abdeljabbar a sillonné les villes marocaines et s’est envolé vers d’autres cieux pour porter et faire découvrir la culture marocaine à un autre public.

Ce ténor a joué plus de 80 pièces de théâtre ici et ailleurs. Ses rôles dans les pièces à succès  «Al Harraz et «Si Kaddour Al Alami», «Atbourida», «El Fatmi et Daouia» et «Zouaj bla idn» resteront à jamais dans la mémoire des Marocains. A travers sa comédie, Abdeljabbar  avait toujours un mot à dire, un message à véhiculer et une situation à critiquer.

Pour lui, la comédie est un art engagé et noble au vrai sens du terme. A la fin des années 2000,  l’amour du théâtre le pousse une autre fois à tenter une nouvelle expérience. Il s’aventure alors dans un nouveau  travail théâtral avec une troupe de jeunes comédiens baptisée «Warchat al ibdae» qui lui propose de renouer le lien avec les planches et jouer la pièce «Soltane Tolba», un conte populaire qui remonte au XVIIe siècle. Sans hésitation, il accepte ce rôle. Et une autre aventure commence.

Abdeljebbar Louzir est un  acteur aux multiples facettes et au don inné. Il  a investi toutes les formes et les supports artistiques dont le théâtre, la télévision et le cinéma pour révéler et montrer son talent. A la télévision, le grand public l’a apprécié dans la sitcom  «Dar Louarata» (maison des héritiers) (2009),  «Il neige à Marrakech» (2006)  de Hicham Al Hayaten.

Top