Agadir, capitale du cinéma mondial

Le cinéma marocain sera en fête à Agadir à l’occasion de la 16e édition du Festival international cinéma et migrations, prévue du 09 au 14 décembre 2019.

Cette édition qui rend hommage au cinéma belge et au cinéma de vingt autres pays à travers ses deux compétitions officielles, consacre sa rubrique «panorama» au cinéma Marocain en proposant au public gadiri et aux invités du festival une sélection de six films marocains, de productions récentes, qui sont en distribution dans les salles de cinéma à travers le Maroc. Un de ces films, «Cambodia» du réalisateur Taha Mohamed Ibn Slimane, sera projeté en audio description, une technique adoptée pour la première fois, par le festival d’Agadir, après celui de Marrakech, en collaboration avec le grand homme de média Mohamed Amoura.

Les réalisateurs et les castings de ces films sont invités par le festival pour assurer au public, à la fois, des projections et des contacts inoubliables avec leurs stars.

La grande nouveauté du Festival cette année est le lancement d’une radio spécialement dédiée à cet événement d’envergure. Les organisateurs ont reçu l’autorisation de la Haute autorité de la communication audiovisuelle d’émettre sur la fréquence FM 98 MHz du 07 au 16 décembre.

À l’instar des autres éditions, cette manifestation propose un Master class animé par le grand réalisateur Franco-Algérien, Rachid Bouchareb qui va faire part à son auditoire des quatre décennies de sa carrière.

Le programme du festival prévoit également une série d’ateliers de formations des jeunes cinéastes, encadrés par d’éminents spécialistes nationaux et étrangers, portant sur plusieurs thèmes : «la direction d’acteur» par Daniel J Suissa, «le jeu d’acteur de la scène aux plateaux du cinéma» par l’actrice Tunisienne Fatma Bensaidan, «la carrière d’Acteur au Maroc» par l’acteur Malek Akhmiss, «la réalisation d’un film sans moyens» par la réalisatrice Malika Zairi.

Des rencontres cinématographiques font aussi partie de la programmation de cette édition autours de deux thèmes : «Le 7e Art et sa relation avec les autres formes d’art», animée par le réalisateur Kamal Kamal, et «l’industrie cinématographique au Maroc», animée par l’acteur et réalisateur Abdou El messnaoui».

Dans la rubrique «Tables rondes», le festival programme cette année, une table ronde sur «l’émigration Sud-Sud» et une autre sur «le droit à l’accessibilité entre discours et réalités» auxquelles prendront part, en tant qu’intervenants, des cinéastes et des chercheurs académiciens spécialistes.

Les jeunes élèves de l’institution «Founty» sont au rendez vous avec une programmation spéciale comprenant notamment des ateliers sur «la passion du cinéma» avec le réalisateur Raouf Sebbahi, «le montage numérique» avec la chef Monteuse Zineb El Hardouz, et des projections à leur nouvelle ciné school, des courts métrages du réalisateur Aziz Salmi et Farid Regragui et la réalisatrice Ghizlan Assif qui vont débattre avec leur jeune public de leurs films.

Le festival s’ouvre aussi sur le public des autres provinces de la région Souss Massa en proposant une programmation «cinéma de proximité»  des longs métrages, en langue amazighe, du réalisateur Mustapha Achaour, qui va se déplacer, en compagnie de ses acteurs, à la rencontre du public de Taroudant.

Le Festival international Cinéma et Migrations est organisé en partenariat et avec le soutien du  Ministère Chargé des Marocains résidants à l’étranger et des affaires de la migration, du Centre cinématographique marocain, du conseil de la communauté Marocaine à l’étranger, du Conseil régional du Souss-Massa, du Conseil préfectoral d’Agadir Ida-Outanane, de la Wilaya du Souss-Massa et de la commune territoriale d’Agadir.

Saoudi El Amalki

Related posts

*

*

Top