Bienvenue aux cafés et restaurants!

Avec la réouverture aujourd’hui, jeudi 25 juin, des cafés et des restaurants, la cloche du déconfinement aura bel et bien retenti, au grand plaisir des citoyens.

En effet, les Marocains, à l’instar de leurs homologues, un peu partout dans le monde, s’en vont savourer l’arôme du café raffiné ou encore déguster le délice du menu alambiqué dans leurs coins de prédilection. Après plus de trois mois de torturants, ils retrouvent leur coin préféré pour se divertir les sens et se verdir les cœurs, faussant compagnie des quatre murs du confinement astreignants.

Le café est sacré, le café est inévitable, le café est thérapie, se plaisent à dire tous les habitués de cet endroit. Ce dernier permet de changer d’air, de réduire le stress du travail et du domicile. D’autres peuvent rétorquer facilement, en lâchant ce verdict remontrant : la fermeture des cafés est le pire des châtiments que le pouvoir public ait administré aussi bien aux cafetiers et restaurateurs qu’aux populations.

Cette «intimité indéfectible» avec le café est indispensable que nul ne peut s’en passer, au point d’en abuser pour nombre de mordus!

En effet, durant trois longs mois, jour pour jour, les propriétaires des cafés et des restaurants, en particulier ceux à vocation touristique, se sont terriblement affligés de ces mesures sanitaires aux côtés des autres secteurs affectés, bien évidemment.

Mais, il faut bien reconnaître que même si on a progressivement libéré un certain nombre de compartiments de la vie quotidienne du «carcan» de l’état d’urgence, il s’est avéré que le café et le restaurant ont demeuré l’oiseau rare de ce bonheur oasien pour la plupart de nos compatriotes.

Certes, dans la capitale du Souss, à titre d’exemple, ce regain de béatitude fut bienveillant avec l’ouverture de la promenade le long de la corniche. Mais, le retour de la terrasse des cafés était encore plus flamboyant. Quelle jouissance, se permettent de s’esclaffer les passionnés du café ou de la pizza, devant leur consommation de préférence, en ces temps de post-pandémie ? Bien avant cette embellie, les professionnels ont dû trimer dur pour être fin prêts et se remettre au service, après cette longue interruption  forcée.

Désormais unis dans une seule association régionale du Souss Massa, après la non reconnaissance d’une seconde, suite à sa défection légale, les possesseurs de ces cafés et restaurants, se sont fort mobilisés, dès l’annonce de la rentrée en lice, à relooker leurs boîtes, à travers de réaménagement logistique et des mesures de conduite de prévention, conformément aux consignes des autorités publiques.

Cette association régionale des restaurants à vocation de tourisme qui semble être au diapason des exigences de la profession, regroupe, en fait, une pléiade de professionnels de ce domaine, en nette éclosion, après quelque brouille antérieure.

Le secteur touristique a, en effet, besoin d’un interlocuteur de sa trempe en vue de promouvoir cette activité parallèle de taille qu’est la restauration. L’hôtel, c’est avant tout l’hébergement, mais le restaurant c’est essentiellement la gastronomie.

Chacun son métier, les brebis seront bien gardées, dit l’adage dans ce sens. La bonne figure avec laquelle cette dynamique structure associative fédérative s’est montrée durant la période d’endémie est révélatrice pour des lendemains encore plus radieux. Longtemps, la restauration était le maillon faible de la chaîne, à cause de la discorde et du tiraillement qui régnaient au sein de la profession.

Mais, aujourd’hui, il paraît que tout est rentré dans l’ordre, grâce à la détermination et le savoir-faire de l’unique association dont la réputation est en passe de convaincre les partenaires.

On saluera vivement ce retour «triomphal» des cafés et restaurants, avec le maintien des mesures précautionneuses, tout en leur souhaitant bon vent!           

*

*

Top