Coup de frein sur les créations d’emplois

La dynamique du marché du travail s’est nettement essoufflée. Selon des chiffres du HCP, publiés lundi, à peine 15.000 postes d’emplois nets ont été crées entre le premier trimestre de 2018 et la même période de 2019.

Une année auparavant, pas mois 116.000 emplois avaient été créés, un chiffre exceptionnel au regard des dernières années. Un effet «montages russes» qui illustre les difficultés de l’économie nationale. En tout cas, le HCP explique ce solde par la création de 109.000 postes en milieu urbain et la perte de 94.000 autres en milieu rural.

C’est dans le secteur des services que le plus gros des postes a été créé. En effet, ce secteur a généré 144.000 postes après une perte de 9.000 postes d’emploi l’année dernière, tandis que le BTP, l’industrie y compris artisanat ont créé respectivement 19.000 et 4.000 postes. La contraction de l’activité agricole a créé d’importants dégâts. Le HCP fait état de 152.000 portes d’emplois dans ce secteur. Ce qui correspond à une baisse de 4,1% du volume d’emploi dans ce secteur.

En dépit de cela, le taux de chômage a reculé, passant de 10,5% à 10% au niveau national, de 15,6% à 14,5% en milieu urbain et de 3,5 à 3,8 % en milieu rural. Cela s’explique par le recul du nombre de chômeurs dans l’espace urbain (-69.000) et son augmentation en milieu rural (+8.000).

Dans le détail, les baisses les plus importantes du taux de chômage sont constatées chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans, passant de 25,7% à 24,1%, et parmi les personnes disposant d’un diplôme, avec 17,1% après 18,3% une année auparavant. Par ailleurs, 6,7% des chômeurs, totalisant 81.000 personnes au premier trimestre de 2019, sont découragés par la recherche active d’un emploi, contre 7,1% une année auparavant. Ils sont à 84% citadins, 52% masculins, 45% jeunes âgés de 15 à 29 ans et 80% diplômés.

Parallèlement à ce repli du taux de chômage, le taux d’activité a aussi cédé quelques points. Avec 12.108.000 personnes, la population active âgée de 15 ans et plus a baissé, entre les premiers trimestres de 2018 et 2019, de 0,4% au niveau national (+0,6% en milieu urbain et -1,7% en milieu rural). La population en âge d’activité s’est accrue, quant à elle,  de 1,7%. Ainsi, le taux d’activité est passé, entre les deux périodes, de 47,1% à 46,2%, enregistrant une diminution de 0,9 point. Ce qui pousse à croire que le recul du taux de chômage tient plus de l’effet mécanique lié à la baisse du taux d’activité.

Par ailleurs, les statistiques du HCP font ressortir un recul du sous-emploi. En effet, la population sous-employée a baissé de 42.000 personnes, s’établissant à 1.048.000 personnes au niveau national. Le taux de sous-emploi a ainsi reculé de 0,4 point, par rapport au premier trimestre de 2018, passant de 10,0% à 9,6% au niveau national. Il a baissé de 9,4% à 9,0% en milieu urbain et de 10,7% à 10,4% en milieu rural.

Hajar Benezha

Profil du chômeur

Près de 6 chômeurs sur 10 (58,5%) sont à la recherche de leur premier emploi (51,1% parmi les hommes et 71,4% parmi les femmes). Plus des deux-tiers des chômeurs (68,3%) le sont depuis une année ou plus (63,1% parmi les hommes et 77,3% parmi les femmes). D’un autre côté, 22,8% des chômeurs se sont retrouvés dans cette situation suite à des licenciements (17,2%) ou l’arrêt de l’activité de l’établissement employeur (5,6%).

Related posts

*

*

Top