Covid-19: La guerre contre la précarité se poursuit

Dans le cadre de l’approche globale, anticipative et proactive, mise en place pour combattre la pandémie du covid-19, les autorités compétentes poursuivent progressivement le processus d’aide d’une façon ciblée et efficace.

En fait, en parallèle à la stratégie sanitaire mise en place pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, des mesures sociales sont suivies sur le terrain pour venir en aide aux familles impactées par l’état d’urgence et de confinement général décrétés dans le pays.

Après, la prise en charge des salariés déclarés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), ayant perdu leur emploi à cause de cette conjoncture, et qui ont été recensés et indemnisés, la question du secteur informel impacté par le confinement obligatoire a été abordée.

Dans un premier temps, les ménages bénéficiaires du Régime d’assistance médicale (RAMED), (ramedistes), opérant dans l’informel et qui n’ont plus de revenus du fait du confinement obligatoire, ont bénéficié des aides financières. Et dans une seconde phase, les ménages non-ramedistes ont été soutenus de la même manière. Cette opération a démarré jeudi dernier pour se poursuivre progressivement durant quelques jours afin d’éviter des embouteillages au niveau des agences bancaires et des agences de paiement.

Bien plus, des unités bancaires mobiles équipées de moyens humains et logistiques ont été déployées dans le milieu rural afin de faciliter la tâche aux ménages des zones enclavées. Les montants sont prévus en fonction de la taille du ménage. L’aide est de 800 dirhams pour les ménages de deux personnes ou moins, 1.000 dirhams pour les ménages composés de trois à quatre personnes et 1.200 dirhams pour les ménages formés de plus de quatre personnes. Plusieurs mesures ont été décidées par le Comité de Veille Economique en faveur des entreprises impactées par la crise.

Il s’agit d’un ensemble des mesures fiscales qui ont été décidées par le CVE et des subventions selon la taille de l’entreprise et les difficultés rencontrées. Il faut dire que le Comité de veille économique (CVE) qui supervise la gestion du Fonds spécial dédié à la gestion de la lutte contre le nouveau coronavirus a cerné toute la problématique de la précarité pour mieux la combattre et soutenir l’économie nationale.

B. Amenzou

Étiquettes , ,

Related posts

*

*

Top