Efficacité énergétique: Des pistes pour un service public moins énergivore

C’est connu, le secteur public est un mauvais élève en matière d’efficacité énergétique. Le ministère de l’Energie s’était fixé comme l’objectif de réduire de 5% par an la facture de l’électricité des administrations publiques dès cette année et de pousser celles-ci à générer de l’électricité d’origine propre, notamment solaire. Le potentiel d’économie d’énergie est estimé à plus de 30%. Aucun des départements n’échappera à ce virage énergétique.

Les pistes proposées par le ministre de l’Energie, lors de la première réunion de la Commission nationale de l’efficacité énergétique, tenue la semaine dernière,s’inscrivent dans cet objectif. Aziz Rebbah a souligné que l’initiative de créer des commissions sectorielles d’efficacité énergétique regroupant toutes les parties prenantes, notamment dans l’éclairage public, vise à proposer une feuille de route portant sur des mesures et actions concrètes. Il revient maintenant aux communes de mettre en place un modèle de gouvernance appropriée et des mécanismes de financement permettant d’exploiter le potentiel d’économie d’énergie y afférent.

Cela ne va pas sans réglementation adaptée. D’ailleurs, Aziz Rebbah a insisté sur l’importance d’adopter de nouvelles normes pour garantir les performances énergétiques des équipements et installations sur le marché national et assurer l’efficacité de l’éclairage public. Cela passe par le choix de solutions appropriées assurant la durabilité des systèmes et des équipements de l’éclairage public.

Cependant, le développement de l’efficacité énergétique dans l’éclairage public dans les communes nécessite le renforcement de capacités de son personnel, comme l’a souligné le ministre. Pour cela, une équipe des représentants du ministère de l’Energie, du département de l’Intérieur, de l’AMEE et de la SIE devra constituée afin d’accompagner les communes dans leur politique d’éclairage public. Cette équipe devra aussi les aider à choisir les solutions technologiques adaptées.

Reste à trouver le financement nécessaire pour emprunter la voie de la transition énergétique. Sur ce point, Aziz Rebbah suggère le financement des études et des audits énergétiques à travers un partenariat à conclure entre le son département, l’AMEE, la SIE et le Fonds d’équipement communal.

En attendant, le ministre a fait savoir que des groupes de travail thématiques seront constitués pour préparer une feuille de route qui s’articule autour de trois principaux axes, à savoir  le plan de renforcement des capacités en matière d’efficacité énergétique dans l’éclairage public, la normalisation et l’accompagnement technique de communes, le renforcement de la réglementation en la matière et les mécanismes de financement.

Hajar Benezha

Related posts

*

*

Top