Eliminatoires Coupe du Monde 2018

Amérique latine

Un Combat à sept pour trois tickets et demi

Dans le continent sud-américain bercé à l’amour du football, elles sont sept équipes à se disputer ardemment une place dans le mondial russe. A deux journées de la fin, l’écart entre l’Uruguay, 2e, et l’Equateur, 8e, n’est que de 7 points. Entre-deux, des cadors du football mondial comme l’Argentine, la Colombie et le Chili qui peine à négocier leur passage en Coupe du Monde.

L’Argentine de Lionel Messi s’est encore compliqué la tâche dans la course à la qualification, avec un match nul (1-1) accusé à domicile contre le Venezuela dans la nuit de mardi dernier. A Buenos Aires, l’Argentine avait l’opportunité de se placer aux avant-postes avec un match face à un adversaire facile, le Venezuela, dernier du groupe. Au lieu de cela, les Argentins ont péché par manque d’efficacité, malgré une énorme domination. «On va continuer de se battre», a déclaré après la rencontre le sélectionneur argentin Jorge Sampaoli.

L’Uruguay rafle à la 2e place en s’imposant sur le Paraguay mais n’est pourtant pas à l’abri. L’Uruguay a réalisé le beau coup de la soirée. Les Uruguayens ont profité du match nul de la Colombie pour s’emparer de la place de dauphin du Brésil, en battant le Paraguay à Asunción (1-2).

Le Brésil a ramené un match nul (1-1) de Barranquilla, en Colombie, lors d’un match de gala qui a tenu ses promesses de beau jeu. La Seleçao de Neymar a ouvert le score par Willian, d’une reprise de volée du droit, puis Radamel Falcao a égalisé de la tête en deuxième période.
Le Pérou, qui a réussi une bonne performance en s’imposant à Quito contre l’Equateur (1-2), surprend et vient se mêler à la bataille pour la qualification. Grâce à sa victoire, l’équipe péruvienne se retrouve à la 4e place.

A La Paz, le Chili a continué de dévisser. Le double tenant de la Copa América s’est incliné contre la Bolivie (0-1), sur un pénalty, après une défaite à domicile la semaine dernière contre le Paraguay (0-3). Le Chili (23 pts) se retrouve à la 6e place, en position de non qualifié.

A l’issue de la 16e journée (sur 18), le Brésil, déjà qualifié, est largement en tête du tournoi de qualification sud-américain (37 pts) devant l’Uruguay (27 pts), la Colombie (3e, 26) et le surprenant Pérou (4e, 24). Les quatre premières équipes sont directement qualifiées et la 5e de la zone Amsud, actuellement l’Argentine, se mesurera à la Nouvelle-Zélande, qualifiée de la zone Océanie, pour gagner un billet pour la Russie.Lors de la 17e et avant-dernière journée des qualifications sud-américaines, prévue début octobre, l’Argentine et la Colombie recevront respectivement le Pérou et le Paraguay, alors que l’Uruguay se rendra au Venezuela.

 

***

Europe

L’Espagne se régale, l’Islande se replace

L’Espagne a étrillé le Liechtenstein mardi (8-0) pendant que l’Islande s’est replacée en vue d’une historique qualification pour la Coupe du Monde, grâce à son succès 2-0 contre l’Ukraine à deux journées de la fin de la campagne des qualifications.

Dans la soirée de mardi dernier, deux des neufs groupes d’Europe devaient disputer les derniers matchs de cette 8e journée de qualifications. Dans le groupe G, la rencontre entre l’Espagne et le Liechtenstein (sept défaites pour ce dernier, 26 buts encaissés pour 1 marqué avant le coup d’envoi mardi soir) promettait d’être déséquilibrée. Verdict : 8-0 avec notamment un doublé d’Alvaro Morata et un nouveau but d’Isco, bourreau de l’Italie samedi. Les Espagnols confortent ainsi la première place de leur groupe, à deux journées de la fin des qualifications. Dans le même groupe, l’Italie, en revanche, ne s’est pas rassurée. Trois jours après la claque espagnole, les hommes de Giampiero Ventura, récemment prolongé jusqu’en 2020, ont souffert pour se défaire d’Israël. Petite satisfaction quand même : ce succès lui permet de prendre six longueurs d’avance sur l’Albanie, accroché par la Macédoine mardi soir (1-1).

Dans le groupe I, les Islandais avaient fait chavirer l’Europe du football en réussissant un magnifique Euro-2016, achevé en quart de finale face à la France. Grâce à leur succès 2-0 mardi contre l’Ukraine, ils ont fait un petit pas vers la première participation de leur histoire à la Coupe du Monde.C’est le nouveau joueur d’Everton, Gylfi Sigurdsson, qui, avec un doublé, a permis à l’Islande de revenir à hauteur du leader croate, battu 1-0 en Turquie. Dans ce groupe très serré, les deux formations sont favorites pour la qualification, mais Ukraine et Turquie, en embuscade avec deux points de moins (14 contre 16) peuvent encore rêver à un retournement de situation.

 

***

Afrique

L’Algérie hors-course, l’Egypte reprend son destin en main

Si le Gabon a rejoint la course dans le groupe C de ces qualifications africaines, le Maroc n’ayant pas profité de la débâcle ivoirienne, les autres groupes connaissent une intensité tout aussi forte.

Première surprise, l’Algérie dit adieu à une troisième Coupe du monde de suite. Battus à domicile par la Zambie (0-1), les Fennecs sont mathématiquement hors course après quatre journées dans la poule B. la Zambie (gr. B, 2e, 7 pts) a profité du coup de frein du leader Nigeria lundi au Cameroun (1-1) en s’imposant en Algérie. Ce résultat scelle définitivement le sort des Algériens, éliminés sans gloire. Riyad Mahrez a raté un penalty. Les Nigérians gardent les meilleures chances puisqu’ils pourront se qualifier dès la prochaine journée en cas de victoire, à domicile, contre la Zambie.

La Tunisie (groupe A) a elle assumé son rang, dans la douleur et l’effervescence du stade des Martyrs de Kinshasa. Menés 2 à 0, et dominés dans le jeu, les Aigles de Carthage ont réagi en un éclair, avec deux réalisations en deux minutes. Avec trois points d’avance sur leurs adversaires du soir, ils gardent leur destin entre leurs mains, avant de jouer les deux équipes les plus abordables du groupe, la Guinée puis la Libye.

L’Egypte (groupe E) a réussi là où les Congolais ont échoué, en reprenant la tête de sa poule. Absents du Mondial depuis 1990, les Pharaons (9 pts) ont battu les anciens leaders, l’Ouganda (1-0) grâce à Mohamed Salah. Derrière, le Ghana (3e, 5 pts) reste à l’affût, après son succès écrasant au Congo (5-1) avec un triplé du milieu de l’Atletico Madrid Thomas Partey.

Le Burkina (groupe D, 1er, 6 pts) a sauvé de son côté sa tête sur le gong, en égalisant dans les dernières minutes contre le Sénégal (2-2). Mais les Etalons doivent partagent leur fauteuil avec le Cap-Vert, surprenant vainqueur en Afrique du Sud (2-1).

 

***

Asie

L’Arabie Saoudite rejoint l’Iran, le Japon et la Corée du Sud au Mondial

Les représentants de la confédération asiatique lors de la Coupe du Monde 2018 sont presque tous connus : l’Iran, le Japon, la Corée du Nord et l’Arabie Saoudite ont validé leur ticket pour la Russie mardi. Syrie et Australie devront en passer par des barrages.

Malgré leurs ambitions dans le football, la Chine et le Qatar, organisateur du Mondial-2022, ne se sont donc pas qualifiés pour le Mondial russe. La victoire de la Chine au Qatar, mardi (2-1) dans un stade quasi vide, n’empêche pas la sélection de terminer à une peu glorieuse 5e place dans ce groupe A.

Les Chinois, qui ont certes pris 5 points de mieux que le Qatar, terminent ainsi derrière l’Ouzbékistan, passé tout près d’une historique qualification mardi, la Syrie, qui disputera un barrage, et derrière l’Iran et la Corée du Sud, les deux qualifiés du groupe.

Dans le groupe B en revanche, les favoris ont répondu présent. Le Japon de Vahid Halilhodzic s’est qualifié sans trop trembler, tandis que l’Arabie Saoudite a devancé sur le fil l’Australie en battant les Japonais mardi (1-0). Les Saoudiens disputeront donc une 5e Coupe du Monde dans leur histoire, douze ans après leur dernière participation.

Les Australiens, tombeurs pour rien de la Thaïlande (2-1), partent pour leur part favoris des barrages qu’ils auront à disputer face à la Syrie, en match aller/retour en octobre.

Mais attention, les Syriens, galvanisés par la perspective d’une première Coupe du Monde, ne seront pas à prendre à la légère. «Nous avons joué avec un esprit uni, pour la Syrie, le peuple syrien, les enfants, tout le monde», a ainsi confié l’attaquant Mardik Mardikian. «On pense aux barrages et il y a encore du travail», mais « les joueurs ne vont pas perdre espoir ».

Le vainqueur de cette confrontation affrontera, encore en matches aller/retour, une formation d’Amérique centrale et du Nord (CONCACAF) pour tenter d’arracher sa place au Mondial russe.

 

***

Amérique du Nord

Le Costa Rica y est presque, les Etats-Unis tremblent

Le Costa Rica s’est un peu plus rapproché du Mondial en faisant match nul (1-1) face au Mexique dans la soirée de mardi dernier. Quatre jours après un succès de prestige 2-0 face à « Team USA », le Costa Rica avait l’occasion de valider son ticket pour le Mondial en Russie en cas de victoire à domicile, dans le stade national de San José, contre le Mexique, déjà qualifié.

C’est pourtant l’équipe de Juan Carlos Osorio, de retour sur le banc après une suspension de six matches pour avoir insulté un arbitre durant la Coupe des Confédérations 2017, qui a pris les devants à la fin de la première période avec un but contre son camp du défenseur costaricien Cristian Gamboa. Poussés par leur public, les quart-de finalistes du dernier Mondial ont égalisé et décroché le point du nul à quelques minutes de la fin de la rencontre grâce à une somptueuse reprise de volée à l’entrée de la surface de l’attaquant Marcos Urena, déjà auteur d’un doublé face aux Etats-Unis.

Avec 15 points, le Costa Rica n’est pas encore assuré de finir à l’une des trois premières places, directement qualificatives pour le Mondial-2018. Mais avec 5 points d’avance sur le Panama, large vainqueur (3-0) de Trinité-et-Tobago, et 6 points de plus que les Etats-Unis (4e) et le Honduras (5e), il faudrait un incroyable retournement de situation en octobre pour que les «Ticos» n’aillent pas en Russie.

Dans des conditions de jeu particulièrement difficiles, avec une température avoisinant 35°C et une très forte humidité, le Honduras et les Etats-Unis n’ont pas réussi à se départager devant les 35.000 spectateurs du stade Olímpico Metropolitano lundi dernier. Les Américains sont désormais à la 4eplace à égalité de points avec le Honduras mais avec une meilleure différence de buts. Le 4e du groupe participera à un barrage aller-retour contre le cinquième des qualifications de la zone Asie. Les Américains restent toutefois maîtres de leur destin s’ils remportent leurs deux derniers matches, à domicile face au Panama et en déplacement à Trinité-et-Tobago.

Iliasse El Mesnaoui (Avec agences)

Top