Fadila Mastaka, une «militante» passionnée pour l’amélioration du quotidien de la gent féminine

Par Samir Lotfy (MAP)

Si accueillante, passionnée et déterminée, Mme Fadila Mastaka est l’exemple de la militante chevronnée et de la femme artisane douée, qui fait de l’amélioration du quotidien de la gent féminine «un combat» de tous les jours.

Mère de trois enfants, cette native de Casablanca avait choisi, il y a une vingtaine d’années de s’installer à Chichaoua et de s’adonner coeur et âme, à l’action associative en vue d’apporter sa pierre à l’édifice des efforts visant à améliorer les conditions de vie de la femme et des personnes en situation de précarité.

Titulaire d’une licence en anglais et d’un Diplôme d’Etudes Universitaires Générales (DEUG) en Droit, Mme Mastaka a cumulé une expérience professionnelle qu’on qualifie de «riche» et «variée», avec comme socle un passage réussi au sein de plusieurs administrations et organismes.

Un parcours professionnel reluisant ayant permis à Mme Mastaka non seulement de nourrir une grande passion pour l’échange, le partage, l’ouverture, et l’esprit d’équipe mais aussi d’avoir un sens élevé de responsabilité, de persévérance, de dévouement et de sérieux.

Une grande expérience qui avait poussé Mme Mastaka à faire de l’autonomisation de la femme son cheval de bataille, sans pour autant reléguer au second rang, ses tâches de mère de famille.

Cette détermination constante à entrer la joie dans la vie d’autrui, avait permis dès 2015, à Mme Mastaka de se placer aux commandes de la Coopérative «Amal Ennawat», une structure destinée à assurer des formations en couture et broderie, au profit des femmes de Chichaoua et des zones limitrophes.

Au sein de la Coopérative, Mme Mastaka jouit d’un grand respect et de beaucoup d’estime de la part de toutes les femmes et des jeunes filles qui l’ont côtoyée et appris d’elle les techniques de la couture, de la broderie et de la sérigraphie.

Et pour preuve, dans l’atelier de couture, les apprenantes, si déterminées à acquérir un métier à même de leur permettre de réaliser leur autonomie financière, n’hésitent pas, dans un souci de maitrise des techniques et de perfection, à solliciter ses conseils si précieux et ses remarques éclairées.

Une tâche que Mme Mastaka, en éducatrice et formatrice chevronnée, exécute avec tant de joie et de fierté surtout, que c’est bien elle qui aime tant donner et partager avec ses apprenties.

Outre ses diplômes académiques, Mme Mastaka dispose d’un CV bien garni avec une série d’autres diplômes en particulier, en secrétariat, en bureautique, en informatique, en couture traditionnelle et moderne, outre une multitude de formations dans divers domaines notamment, l’animation de cours d’alphabétisation et insertion professionnelle, la cuisine et pâtisserie, la couture moderne, la broderie et céramique, et le tricotage.

Mme Mastaka croit dur comme fer en l’importance de l’alphabétisation et de la formation professionnelle comme «un tout indivisible» pour l’amélioration des conditions de vie de la gent féminine et son autonomisation financière d’où, son engagement sans faille depuis de longues années en tant qu’animatrice de l’insertion socioprofessionnelle avec l’Association Ennawat «Femmes et Enfants», ou encore comme formatrice dans les filières d’art traditionnel à Chichaoua.

Elle a, en outre, travaillé comme professeure d’éducation et d’alphabétisation dans le cadre du projet Alpha, présidente de l’Association provinciale d’appui pour les Clubs féminins et Centres de formation à Chichaoua, en tant que directrice de foyer féminin à la province de Chichaoua ou encore comme responsable du Club féminin au sein de l’Association «El Khair» Trisomie et Handicap.

Dans une déclaration à la MAP, Mme Mastaka a loué le rôle important que joue la Coopérative «Amal Ennawat» en termes d’autonomisation des femmes parmi les bénéficiaires et lauréates des centres de formation professionnelle, ainsi que des écoles techniques, notant que ladite coopérative accorde également une importance cruciale à la formation dans le domaine des langues afin de renforcer les connaissances et capacités intellectuelles des bénéficiaires.

L’objectif étant de permettre aux femmes et jeunes filles bénéficiaires de formation, une meilleure insertion dans le marché de l’emploi, a-t-elle expliqué, relevant que ces domaines d’activité nécessitent d’être mieux outillé pour l’établissement d’une communication efficiente et d’être doté d’une parfaite culture.

«Depuis sa création, notre coopérative a eu le privilège de former des bénéficiaires ayant, remarquablement, réussi à améliorer leur conditions de vie ainsi que leur niveau intellectuel», s’est elle félicitée, faisant savoir que la Coopérative «Amal Ennawat» a pu décrocher une série de certificats de mérite ainsi que les labels national et régional de l’artisanat, décernés par le département de tutelle et ce, grâce à l’appui des autorités provinciales et de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH).

A la faveur de cet appui, nous avons réussi à accéder aux marchés régional et national et «toute notre ambition est de parvenir à intégrer le marché international car, nous jouissons d’une excellente réputation», a dit Mme Mastaka.

«La Journée du 8 mars est une source de fierté pour la femme marocaine et constitue une occasion de lui rendre un vibrant hommage en mettant en valeur ses sacrifices et ses efforts inlassables en tant que partie intégrante au sein de la société», a-t-elle enchainé, se disant tellement fière de voir la femme intégrer tous les secteurs d’activité.

Elle a, dans ce sillage, exprimé ses vifs remerciements à Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour la Haute Sollicitude dont le Souverain ne cesse d’entourer la gent féminine, en préservant et promouvant ses droits et en consolidant sa place de choix au sein de la société en tant que véritable acteur agissant aux côtés de l’homme.

*

*

Top