Hay Hassani-Casablanca: quand les «baltaguia» font la Loi

Le paysage politique et associatif de Hay Hassani à Casablanca est devenu le théâtre de pratiques malsaines, battant en brèche la démocratie participative, la politique de proximité, la gestion de la chose locale, l’action associative, les droits humains et les fondements de l’Etat de droit.

En effet, depuis quelques mois, toutes les voix, qui s’élèvent au conseil de l’arrondissement dénonçant la corruption, l’abus de pouvoir et le trafic d’influence, sont violemment ciblées par des groupes d’individus survoltés (baltaguia) qui recourent à la violence pour imposer leur propre loi.

Dernièrement, ces groupes de personnes, roulant pour le compte d’un lobby dans la zone, ont fait irruption dans la salle de réunion lors d’une session ordinaire du conseil communal de Hay Hassani où ils avaient pris à partie des élus, plus particulièrement le représentant du parti du progrès et du socialisme (PPS) et son secrétaire provincial, Mustapha Mandour, qui avait adressé une lettre au ministre de l’Intérieur lui demandant d’ouvrir une enquête sur les magouilles et les irrégularités ayant entaché la gestion de plusieurs secteurs liés à la proximité. Le fait d’évoquer ces volumineux dossiers a mis hors d’elles certaines parties qui œuvraient et manœuvraient pour enterrer  définitivement ces louches affaires.

C’est pourquoi leurs «baltaguia» ont été mobilisées, lundi, armées et ordonnées pour agresser physiquement le représentant du PPS dans la zone, qui a annoncé l’organisation d’une conférence de presse pour éclairer la lanterne des médias sur ces manœuvres. Joint au téléphone par le journal, le secrétaire provincial du PPS à Hay Hassani a vigoureusement dénoncé ces actes de violences qui l’ont visé, affirmant que ces pratiques des temps révolus n’altéreraient pas d’un iota son engagement et son dévouement pour servir la population. Et de préciser que l’affaire a été portée devant la justice et les autorités compétentes.

M.Y

Related posts

*

*

Top