La Douane, un acteur du développement durable

Propos recueillis par: Hicham Louraoui (MAP)

Au quotidien, dans l’exercice de ses multiples missions, la douane contribue activement à la dynamique de développement durable en œuvrant notamment en faveur de la préservation de l’environnement, a souligné El Arbi Belbachir, ancien haut fonctionnaire à l’Administration des douanes et des impôts indirects. « Étant une administration qui est en charge de l’application des accords internationaux, la douane est appelée, de plus en plus, à agir pour préserver l’environnement et ce, en luttant contre les atteintes qui sont de nature à altérer les écosystèmes », a indiqué cet expert en lutte contre la fraude et le trafic illicite des stupéfiants dans un entretien accordé à la MAP à l’occasion de la journée internationale de la Douane (JID), célébrée le 26 janvier de chaque année.

A ce titre, elle participe à la préservation de la biodiversité conformément à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) et coopère avec ses différents partenaires en vue de lutter contre les activités illicites, dont le commerce des déchets dangereux, a-t-il soutenu.

Dans ce sens, M. Belbachir a fait savoir que « les douanes marocaines assurent, comme cela a toujours été le cas, leurs diverses missions avec professionnalisme, réactivité et adaptabilité », notant que les méthodes de gestion adoptées, par celles-ci, sont axées sur les résultats.

« Il s’agit d’une administration qui maintient, malgré la multiplication des accords de libre échange et démantèlements tarifaires, un haut niveau de mobilisation des ressources fiscales, au bénéfice des finances publiques. Une administration qui favorise également les conditions d’une compétitivité économique et logistique en accompagnant l’émergence d’une offre exportable de plus en plus forte, génératrice de richesses et créatrice d’emplois. Et enfin, une administration qui assure la sécurité aux frontières tout en faisant écran à toutes manœuvres susceptibles de porter atteinte à l’ordre public », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, M. Belbachir, qui a exercé près de 40 ans au sein des douanes marocaines où il a été nommé successivement directeur régional du Centre puis de l’Oriental avant d’achever sa carrière en tant que conseiller du directeur général de cette même administration, a indiqué que la journée internationale de la douane constitue un point d’étape pour dresser le bilan de l’exercice écoulé et se projeter dans l’avenir.

« Sur la base de ce qui a été réalisé, se dessinent les nouveaux défis et donc les nouvelles priorités qui définiront les perspectives stratégiques à court et moyen termes », a-t-il fait remarquer.

La transformation numérique avec l’avènement de l’intelligence artificielle, de la blockchain et du Bigdata ainsi que la lutte contre la cybercriminalité économique et financière sont, entre autres, les nouveaux défis auxquels font face les douanes, a estimé M. Belbachir qui a présenté récemment son ouvrage intitulé « Les douanes aux frontières du numérique ».

Placée cette année sous le thème de « la durabilité au cœur de l’action douanière pour les personnes, la prospérité et la planète », la JID constitue une occasion pour mettre en avant la contribution des douanes à garantir un avenir durable et à assurer la sécurité et la prospérité via notamment la lutte contre les trafics de drogue et des produits contrefaits.

Cette journée est initiée par l’Organisation mondiale des Douanes (OMD) afin de permettre à ses membres et à ses partenaires de promouvoir leurs efforts et leurs activités dans ce domaine à travers l’organisation de plusieurs événements et manifestations nationales.

Related posts

*

*

Top