L’acier marocain n’est pas en reste

La guerre commerciale entamée par le gouvernement américain sur l’acier n’épargne pas l’industrie marocaine!

Le secteur de la sidérurgie occupe une place particulière dans le tissu industriel marocain notamment dans la chaîne de sous-traitance, d’approvisionnement et d’équipement de l’ensemble des branches industrielles, à savoir : infrastructures et BTP, automobile et aéronautique, construction et produits métallurgiques…

Il est à noter que cette branche de l’économie nationale a généré un chiffre d’affaires de plus de 10 milliards de DH en 2016. Sur un autre volet, celui des investissements, la valeur des projets réalisés l’année dernière est estimée à plus de 15 milliards de DH selon l’Association des sidérurgistes du Maroc.

L’adoption des nouvelles mesures fiscales par les Etats-Unis aura surement un impact sur les exportations marocaines destinées à ce marché. Pour rappel, l’Etat a adopté un ensemble de mesures anti-dumping sur les importations de tôles d’acier laminées à froid jusqu’en 2018, pour mieux protéger ce secteur qui représente qui représente l’un des principaux piliers de l’industrie nationale .

En effet, pour contribuer à la protection des secteurs  productifs marocains de la concurrence déloyale de certaines importations, l’ADII est amenée, en collaboration avec les acteurs du commerce extérieur concernés, à étudier et appliquer des mesures de défense commerciale à l’encontre des importations de produits susceptibles de causer des dommages à la production nationale.

C’est dans ce cadre qu’une mesure de sauvegarde a été appliquée aux importations du fer et le fil machine, sous la forme d’un droit d’importation additionnel spécifique de 0,55 DH/Kg. Une autre mesure anti-dimping a concerné les tôles d’acier laminées à chaud originaire de l’Union Européenne et de la Turquie.

Related posts

*

*

Top