L’année de tous les espoirs sur Agadir!

L’année 2018 vient d’égrener ses ultimes soupirs avant de s‘estomper, telle une vague au terme du ressac. La suivante année 2019 fait surface, pareil aux premières lueurs du petit matin. Certes, durant l’année qui tire sa révérence, il y a juste moins d’une semaine, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Des hauts et des bas, sans doute, mais, on aura, à coup sûr, maintenu le cap, en dépit des turbulences.

Tout d’abord, il importe de rappeler qu’aura certainement imprimé à la cité et, partant, à toute la région, un certain apaisement, alors que les effets du bouillonnement auraient gagné nombre de régions du pays. On s’est attelé, sans trop de boucan, à mettre de l’ordre. On n’a pas cessé de colmater les brèches et de planter les piliers de l’essor. Au fil du temps, de multiples projets qui sombraient dans la nonchalance, se sont mis en marche.

Il serait redondant de citer toutes les actions ravivantes qui se sont opérées dans un laps de temps. Mais, on retiendra, entre autres, la station de dessalement inédite de plus de 15 000 ha et d’une enveloppe budgétaire de 4,4 milliards de dirhams, érigée dans les environs de Chtouka et considérée comme une énorme action de préservation de la nappe phréatique et  de production d’eau potable d’irrigation sur l’une des régions les plus arrides du royaume. Dans la foulée, on notera le lancement de la déclinaison du plan régional de l’accélération industrielle. Un projet d’envergure qui impulsera, aux côtés de la stratégie Halieutis, de Technopark et de la cité d’innovation, la vie active de la région et boostera ses leviers de développement. Sans parler de la grande révélation tant attendue, de l’année écoulée qu’est le CHU dont les travaux avancent, tambours battants, pouvant combler, dans moins de trois ans, un gros déficit en matière de service de santé.

Dans cette dynamique lancée en perspective, On ne pourrait pas non plus occulter cette  sensation d’accalmie qui règne dans cette zone, malgré l’indigence et d’exclusive dont elle fait, l’objet, en termes d’investissements publics. Une région qui donne tant à la nation, en matière d’export agricole et halieutique, sans en recevoir autant, au point de se positionner d’une manière injuste et arbitraire au bas de l’échelle nationale. L’attitude démesurément vertueuse de la communauté régionale a toujours concédé  des coups cuisants face à la fugacité fonceuse de ses homologues du centre du pays.

Il est bien évident que le potentiel immense et diversifié dont regorgent les composantes de la région et pour lesquelles se débattent, avec cran et foi, leurs ressources humaines, mettraient encore plus de verve dans les différents volets de la vie active. Beaucoup de chemins à parcourir, en revanche, pour préserver cette notoriété, mais avec plus de panache et de sève. Nombre de projets attendent toujours, aux plans de la fameuse triptyque, à savoir l’agriculture, le tourisme et la pêche. Sans perdre de vue, les secteurs de l’immobilier et du service. Du pain sur la planche, mais la volonté des gens du bercail est inépuisable, en attendant le courant de 2019, l’année de tous les espoirs!

Top