Le PPS au Parlement

RIF: Le PPS s’interrogent sur les conditions de détention des activistes du Hirak

Aicha Lablak, présidente du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme à la Chambre des représentants a adressé, en vertu de l’article 152 du règlement intérieur de la Chambre des Représentants, une lettre à son président, lui demandant de prendre la parole sur un sujet général et urgent concernant «les conditions de détention des activistes du Hirak du Rif et en particulier des grévistes de la faim parmi eux ainsi que les mesures prises pour la protection de leur droit à la vie» et ce à la fin de la séance plénière hebdomadaire consacrée aux questions orales et au contrôle de l’action du gouvernement.

Fatimazahra Barassat: une approche globale pour combler le déficit en personnel du secteur de la santé

En dépit des grèves auxquels il est de plus en plus confronté et du déficit structurel qu’il accuse en personnel médical et paramédical, le secteur de la santé s’acquitte tant bien que mal de sa mission, a affirmé Fatimzahra Barassat, membre du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme à la chambre des Représentants.

Ripostant à une réponse du ministre de la santé, Anass Doukkali, lors de la séance des questions orales du 22 avril courant, la députée a souligné la nécessité d’adopter une approche globale entre les différents secteurs gouvernementaux concernés (enseignement, finances, etc.) pour résoudre le problème du déficit en personnel du secteur de la santé et lui donner le moyen d’améliorer ses prestations au profit des habitants.

Said Nmili : la situation des petits agriculteurs est inquiétante

La cherté des aliments de bétail, les risques d’une période de sécheresse et l’endettement croissant aggravent la situation de précarité des petits agriculteurs au Maroc en général et dans la province de Settat en particulier, indique, Said Nmili, membre du Groupement parlementaire.

Dans une question orale adressée au ministre concernée au cours de la séance du 22 avril courant, le député a fait savoir que les prix des aliments de bétail ont augmenté de manière exponentielle, profitant des risques d’une éventuelle période de sécheresse qui plane sur le Maroc et de l’insuffisance des précipitations enregistrées depuis le début de la campagne agricole.

Selon le député, l’endettement des  petits agriculteurs, confrontés aussi aux complications administratives pour obtenir les documents dont ils ont besoin, est un autre problème insurmontable pour eux.

Pour lui, il n’y a pas d’autres solutions que de les exonérer pour les aider à subsister en attendant des jours meilleurs. Sans quoi, ils seront contraints de prendre le chemin de l’exode rural pour venir gonfler les armées nombreuses de chômeurs et autres qui peuplent les rues des villes du pays.

Related posts

*

*

Top