Les syndicats appellent à la préservation des acquis sociaux

L’UMT rejette catégoriquement la proposition de la confédération des entreprises du Maroc (CGEM) de reporter l’augmentation de la deuxième tranche du SMIG et des allocations familiales, initialement prévue pour ce mois de juillet 2020, a affirmé le secrétaire général de l’union marocaine du travail (UMT), Miloudi Moukharik.

Dans une déclaration à Al Bayane, le leader de l’UMT a précisé que l’accord conclu l’année dernière était tripartite n’impliquant pas seulement la CGEM, mais également le gouvernement et les partenaires sociaux, soulignant que le patronat n’a donc pas à demander unilatéralement son report ou son annulation. De même, a-t-il ajouté, l’UMT rejette également les propositions de la CGEM touchant la réduction des salaires des employés des entreprises du secteur privé. Le même son de cloche était du côté de la confédération démocratique du travail (CDT).

En effet, le syndicat a appelé le gouvernement à faire participer les centrales syndicales à l’élaboration de la stratégie post-confinement et à respecter les acquis sociaux. Dans ce cadre, le bureau exécutif de la CDT a estimé que les déclarations gouvernementales n’ont pas apporté une vision claire de la façon dont sera gérée la levée du confinement et la reprise des activités. La réaction des syndicats a été provoquée par la proposition faite par la confédération des entreprises du Maroc (CGEM) dans le cadre de ses mesures envisagées pour relancer l’économie nationale. Le président de la Commission sociale de la CGEM, Hicham Zouanat, qui a annoncé cette proposition, en soulignant le report sans préciser de date, pas l’annulation, a fait savoir que la CGEM œuvre dans la logique de sauvegarder les emplois. Au cas où cette mesure serait appliquée, c’est en fait l’accord social conclu l’année dernière qui va être touché.

Cet accord social, signé entre le gouvernement et les partenaires sociaux, stipule une augmentation du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) de 10% sur deux ans dans les secteurs de l’industrie, du commerce et des services dans le secteur privé ainsi que dans le secteur agricole. Selon l’accord tripartite, il s’agit d’une hausse de 10% du SMIG sur deux ans, avec 5% à partir de juillet 2019 et 5% en juillet 2020.

Dans le secteur public, il s’agit d’une augmentation mensuelle de 500 dirhams net pour les échelles 6, 7, 8, 9 et pour les échelons de 1 à 5 de l’échelle 10. Cette hausse consiste à verser 200 dirhams à partir du 1er mai 2019, 200 dirhams en janvier 2020, et 100 dirhams en janvier 2021. L’accord prévoit également une augmentation des allocations familiales de 100 DH pour chaque enfant dans la limite de trois enfants. En vertu de cet accord tripartite, cette hausse a été versée à partir du 1er juillet 2019 pour les employés des secteurs public et privé.

Cet accord tripartite, qui s’étale sur trois ans (2019-2021), a été signé par le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, l’ancien président de la CGEM, Salaheddine Mezouar, le secrétaire général de l’Union marocaine du travail (UMT), Miloudi Moukharik, le SG de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), Naâm Miyara et le SG de l’Union national du travail au Maroc (UNTM), Abdelilah El Halouti.

B. Amenzou

Étiquettes , ,

Related posts

*

*

Top