LGV: le Koweït remet la main à la poche

Nouvel appui en faveur de la 2e tranche du projet de la Ligne à grande vitesse (LGV). Le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe a accordé au Maroc un prêt de 15 millions de dinars koweïtiens, soit l’équivalent de 474 millions de DH.

Deux conventions ont été signées dans ce sens par le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Boussaïd, le directeur général du Fonds koweïtien, Ahmed Al-Badr et le directeur général de l’Office national des chemins de fer, Mohamed Rabie Khlie, mardi à Rabat. Si l’on en croit le directeur général du Fonds koweitien, tous les projets financés par son institution depuis plus de 50 ans avec un montant global de 1,2 milliard de dollars ont été menés à bien. Quelques 37 projets ont été financés par le Fonds. Pour le ministre des finances, ce nouveau prêt est stratégique pour le Maroc dans la mesure où il est destiné à financer le premier projet de LGV en Afrique. Et d’affirmer que la LGV aura un impact direct et indirect sur l’économie nationale. Il s’agit d’une politique qui vise à «encourager le développement économique, à travers la création d’un système moderne de transport ferroviaire et accompagner la hausse croissante du trafic, notamment au niveau de l’axe Tanger-Casablanca», dit-il.

De son côté, le patron de l’ONCF a  sauté sur l’occasion pour faire le point sur le chantier de la LGV. Il a souligné que les travaux au niveau de l’axe Tanger-Casablanca ont atteint un taux d’avancement de 91%.  Ils seront achevés en fin d’année 2017 pour passer aux premiers essais au cours du premier trimestre de l’année prochaine. Rabie Khlie a promis le lancement effectif à partir de l’été 2018, notant que la LGV permettra de réduire la durée du voyage entre Marrakech et Tanger d’environ 4 heures. Le DG de l’ONCF a aussi rappelé que la LGV, qui sera conçue sur un tracé de 200 km pour une vitesse de 320 km/h, participera de manière notable à la réduction du temps des parcours traversés, tout en augmentant la capacité en termes de nombres de passagers. En effet, la durée du voyage entre Marrakech et Tanger sera réduite d’environ 4 heures.

Rappelons que le Fonds a contribué au financement de la première tranche de ce projet, en accordant au Maroc un prêt de 25 millions de dinars koweïtiens, soit près de 85 millions de dollars, ce qui porte sa contribution totale à 40 millions de dinars koweïtiens (130 millions de dollars).

Hajar Benezha

Related posts

*

*

Top