Mémoire fertile: Les années 1970

Le cinéma marocain, notamment à partir des années 70, optera pour d’autres choix qui feront sa spécificité et signeront sa marque sur la base de son indépendance quitte à forcer plus tard un soutien public. Sur le plan commercial, les salles se portent bien. A la fin de la décennie (1979), il y avait 238 salles en activité et 45 millions d’entrées!

Le cinéma marocain va s’engager sur une nouvelle piste. L’Etat, trouvant son moyen d’expression favori dans le nouveau media envahissant, la télévision, va se désengager de plus en plus de la production cinématographique. La télévision devenue l’enfant chérie de l’Etat, le cinéma redevient ce « fils maudit » annoncé par le titre prémonitoire de Ousfour. A posteriori aujourd’hui, on peut dire que ce fut une chance historique pour notre cinéma, celle de naître en marge de l’Etat, voire «contre» l’Etat. Le cinéma marocain va forger ses choix essentiels en toute indépendance et ne sera jamais une variante d’un service officiel, à l’instar de certains pays qui vont tabler sur un cinéma porté par l’Etat…option qui se révélera sans horizon sur le moyen terme.

C’est ainsi que dès 1970, une voie royale s’entrevit devant le cinéma marocain avec une production indépendante qui fera date et marquera les années suivantes, Wechma de Hamid Bennani. Un film porté dans son mode de production, comme dans ses choix esthétiques et artistiques par l’idéologie de l’époque. Celle d’une économie collective, d’une culture ancrée dans son environnement et aspirant à des formes d’émancipation et d’épanouissement.

Wechma sera ainsi le titre générique d’une époque et de toute une manière de faire le cinéma. Il sera même pris par beaucoup de cinéphiles comme la référence première à la naissance du cinéma marocain. Il correspond, en effet, à un paramètre  déterminant des années 70, celui de l’activité cinéphile centrée autour de la dynamique fédération nationale des ciné-clubs qui assurera «le service après-vente» et la promotion de ce qu’il convient d’appeler en toute légitimité le cinéma d’auteur marocain, tendance fondatrice de ce cinéma et dont les titres majeurs ont été produits réalisés dans les années 70. Une décennie qui verra en tout et pour tout la production de 16 longs métrages. Deux cinéastes vont se détacher par leur régularité en réalisant près de la moitié de ce chiffre. Il s’agit d’Abdellah Mesbahi avec 4 films et Souheil Benbarka avec 3 films.  Neuf autres cinéastes réaliseront leur premier long métrage lors de cette décennie avec le cas particulier de Ousfour qui, avec «Le trésor infernal», réalise son premier film dans des normes professionnelles.

Très vite, une dominante se dégage, celle d’un cinéma porté par des auteurs désireux de témoigner à la fois sur une réalité, dans ses multiples dimensions, et sur leur outil d’expression. Face à ce noyau, Mesbahi va lancer un courant animé de velléités franchement commerciales et s’inspirant du modèle égyptien. Le titre emblématique de cette démarche est Silence sens interdit (1973) avec un chanteur, Abdelahdi Belkhayat, dans le rôle principal. Un montage de chansons célèbres, servi par un récit au premier degré et d’une grande naïveté dans le jeu et les situations. Le film de Ousfour, Le trésor infernal (1970) s’inscrit dans cette optique, celle d’un cinéma commercial et populaire. Ce sera un courant minoritaire au sein de la production de cette décennie. Au sein de la tendance qualifiée de cinéma d’auteur, on peut relever cependant des nuances.

On peut ainsi dégager au sein du cinéma d’auteur marocain des années 70, les variantes suivantes.

Un cinéma politique tenté par l’universel, illustré par les films de Souheil Benbarka : Mille et une mains (1972), La guerre du pétrole n’aura pas lieu (1974); le film aura d’ailleurs des ennuis avec les autorités et ne connaîtra pas une sortie normale.

Un cinéma de la déconstruction, travaillant de prime à bord le langage cinématographique lui-même, inscrit dans une opposition affichée au schéma narratif dominant…Un cinéma dont la figure de proue est Mostafa Derkaoui avec De quelques événements sans signification (1974).

Un cinéma inscrit dans la quête culturelle et puisant dans l’héritage mythologique et symbolique avec des sous variantes illustrées par les films de Bennani, Smihi, et Bouanani. Wechma de Bennani (1970) enrichit cet ancrage culturel local par une inspiration largement psychanalytique; Chergui de Moumen Smihi (1974) revendique une filiation au récit littéraire classique nourri de références et de motifs symboliques; Mirage de Bouanani (1979) reprend la démarche du conte populaire avec un héros livré à une errance dans les labyrinthes d’une mémoire sans repère.

Un cinéma du réel porté par un regard anthropologique : O les jours de Ahmed Maanouni (1978). Des films sont produits également  dans cette perspective, je cite le cas notamment de Cendres du clos (1977) mais dont le destin particulier mérite un traitement à part.

Top