Pêche maritime: les syndicats observent une nouvelle grève ce mercredi

Plusieurs représentations syndicales du secteur de la pêche, affiliées à l’UMT, la CDT, l’UNTM et l’UGTM, ont lancé un appel à la grève pour demain mercredi. Le timing n’est pas fortuit puisque la Cour d’appel d’Al Hoceima se penche le jour même sur l’examen du recours déposé par la défense des fonctionnaires condamnés dans le cadre de l’affaire Mohcine Fikri, en avril dernier.

Dans cette affaire, ce sont les fonctionnaires solidaires qui seront en grève, pas les marins. Les services de contrôle et de recherche des infractions seront donc paralysés. A l’origine du bras de fer, les jugements prononcés le 26 avril dernier à l’encontre des fonctionnaires «impliqués» dans le décès de Mohcine Fikri, broyé par une benne à ordures. Pour les syndicats, «ces personnes n’ont fait que leur travail, en toute honnêteté et transparence». Ils ne sont pas à leur première mobilisation pour défendre les fonctionnaires. D’autres grèves ont déjà été observées pour appeler les autorités à ne pas «transformer ces fonctionnaires en boucs émissaires».

Par cette nouvelle grève, les syndicats réitèrent en fait leur refus de voir cette affaire politisée pour faire taire les contestations dans la région. Pour rappel, ces fonctionnaires, en l’occurrence le délégué vétérinaire, le chef du service de la pêche et le délégué de la pêche maritime ayant constaté l’insalubrité de l’espadon transporté, ont été condamnés à des peines allant de 3 à 8 mois de prison ferme.

Les syndicats espèrent aussi attirer l’attention sur «les discriminations» qui caractérisent les concours d’accès au poste de Chef de service au sein du ministère de l’Agriculture. Le dernier concours organisé dans ce sens a viré au cauchemar. «Aucun participant n’a été retenu», regrette Mourad Ghazali, Secrétaire général du Syndicat des fonctionnaires de la pêche maritime, affilié à l’UMT. La profession craint que cela ne soit une manière de légitimer le recrutement externe. D’autant que «la tutelle planche déjà sur la réforme des critères de sélection des candidatures», explique Mourad Ghazali.

H.B.

Related posts

*

*

Top