Un «Bulletin Thématique» sur la crise sanitaire au Maroc

Centre Marocain de Conjoncture

Le Centre Marocain de Conjoncture (CMC) vient de publier son dernier rapport annuel « Bulletin Thématique » n° 52 intitulé « Crise sanitaire au Maroc: Ruptures et relance ».

Ce rapport aborde plusieurs axes liés à la crise sanitaire actuelle, dont « La pandémie provoque une récession historique », « Le monde d’après…. le Covid-19 : Crépuscule de la mondialisation ? », « Comptes Extérieurs : Les flux des échanges sous l’onde de choc de la pandémie », « Politique économique : Quels ajustements face à la pandémie ? », « Covid et Refonte du Système de Santé : Une vision portée par l’expérience », « Un dispositif de Garanties pour Soutenir les Entreprises : Le système financier à l’épreuve de la pandémie » et « Nouveau Modèle de Développement : Les paramètres d’une refondation pour l’après-pandémie »

Abordant la récession historique provoquée par la pandémie, le rapport relève que la chute s’élèvera en 2020 à 3% du produit intérieur brut mondial selon les prévisions d’avril du FMI, et la situation de l’emploi est partout alarmante.

Par ailleurs, le CMC estime que cette crise constitue pour de nombreux acteurs, une opportunité pour reconsidérer les modes de production et de distribution à l’échelle mondiale, repenser les fondamentaux sociaux et revoir l’étalonnage des échelles de valeur en vigueur.

« La course est ouverte, en cette période de confinement, pour l’élaboration de nouveaux modèles de société avec des axes prioritaires intégrant, comme constituants et dans le désordre, la démocratie, la santé, la consommation, l’emploi et la répartition juste et équitable des richesses », note le rapport.

S’agissant des flux des échanges sous l’onde de choc de la pandémie, CMC souligne que les flux commerciaux ont connu une nette décélération au terme de l’exercice écoulé. Les exportations de marchandises ont enregistré une progression d’à peine 2,4 % en 2019 contre 10,7 % l’année précédente. La même tendance est relevée au niveau des importations dont la valeur globale a augmenté durant le même exercice de 2 %.

La baisse de régime des flux commerciaux s’est cependant accompagnée d’une stabilisation du déficit commercial et même d’une légère amélioration de l’équilibre des transactions courante à la faveur de l’excédent des échanges de services et des flux financiers de la migration.

Sur un volet relatif au système sanitaire, le CMC note que la priorité doit être accordée à la prévention et à la réduction des pertes humaines, soulignant que l’action est dans la limitation de la transmission entre le genre humain, le recensement, l’isolement, les soins et la diminution de la diffusion de la maladie au sein des collectivités.

En ce qui concerne le système financier, le rapport relève que, pour accompagner les entreprises dans cette conjoncture difficile, les autorités ont mis en place un dispositif financier musclé, pour venir en aide aux centaines de milliers d’entreprises en situation de fermeture technique et durement frappées par cette pandémie. « Mais, cette politique très volontariste suscite des interrogations quant à ses implications sur la résilience du système financier appelé à la rescousse des entreprises », ajoute le rapport.

En outre, le dernier axe du rapport jette la lumière sur le nouveau modèle de développement. « Le Maroc qui a engagé depuis le début de l’année une réflexion approfondie à ce sujet a tout intérêt à capitaliser sur les enseignements de la crise actuelle pour accélérer le processus de réforme et opérer les ajustements nécessaires pour une plus grande efficience du système économique et social », note CMC, soulignant qu’il s’agit d’élargir les potentialités de création de richesse, de développer les capacités de résilience de l’économie et de consolider les systèmes de solidarité et de protection sociale.

*

*

Top