Il veut gagner le CHAN pour remercier son peuple

Alors que le Cameroun a raté son premier match de la compétition le 16 janvier contre Congo, le sélectionneur des Lions A’ revient sur le grave accident vasculaire cérébral dont il a été victime en octobre 2016.Bien remis de sa maladie, l’ancien capitaine des Lions indomptables a décidé de poursuivre sa carrière d’entraîneur à peine entamée. Il veut remporter ce CHAN 2018. Une éventuelle victoire serait pour lui une façon de remercier ce peuple, cette nation qui l’a soutenue au moment le plus critique de sa vie. Evocation d’un retour en force.

Ce mardi soir, c’est son baptême de feu. Rigobert Song et ses garçons ont perdu leur premier match de poule contre le Congo à Agadir, pour le compte de la 5è édition du championnat d’Afrique des footballeurs locaux. L’anciennestar des Lions Indomptables dirige une équipe nationale dans un grand tournoi, pour la première fois de sa vie.

Un moment important pour celui qui a été victime en octobre 2016, un grave accident vasculaire cérébral. Lequel a nécessité trois une évacuation sanitaire en France et interventions. 15 mois après, à la veille de ce rendez-vous historique, «Magnan» a été interrogé par RFI (Radio France Internationale). Et c’est avec des propos plutôt difficiles à cerner que l’ancien défenseur de Liverpool évoque ce souvenir.

«Moi-même je ne m’aperçois pas que je reviens de loin. Pour moi, j’étais juste en déplacement et je suis de retour. Je dis merci, parce que de mon déplacement, j’ai pu apprendre beaucoup de choses et aujourd’hui, je prends la vie telle qu’elle est», déclare celui qui est surnommé au Cameroun «capitaine courage».

Pour son premier CHAN et la 3è participation pour le Cameroun, Rigobert Song s’est donné pour ambition d’aller au moins en demi-finale et si possible remporter le trophée. Sans doute la meilleure façon pour lui de prouver qu’il peut diriger l’équipe première du Cameroun après Hugo Broos qui va bientôt quitter ses fonctions. «Si l’occasion se présente, je ne dirai pas non, parce que je pense que je peux les gérer. Mais être un joueur ne veut pas dire être entraîneur; il y a une grosse différence. Je vais laisser le temps ; j’ai une première expérience-là, je vais d’abord faire mes preuves avec cette équipe des A’», a expliqué l’homme de 42 ans.

Un homme qui revient de loin…

Le footballeur à la retraite né le 1er juillet 1976 dans la localité camerounaise de Nkenglikok manque de passer de l’autre côté du miroir le 2 octobre 2016. Alors qu’il se trouve à Yaoundé, l’ancien joueur du FC Metz est victime d’un accident vasculaire cérébral. Plus exactement d’une rupture d’anévrisme. «C’était un samedi. Je m’apprêtais à aller à Bafoussam (une autre localité camerounaise) pour voir un match du championnat. Je traîne avec un de mes amis qui est constamment avec moi, avec qui je me déplace. Il s’appelle Fbi d’ailleurs. Je suis arrivé chez moi, je me suis apprêté. Je l’attendais lui qui allait récupérer ses affaires chez lui, qu’il vienne pour qu’on prenne la route. Pendant que je l’attends je regarde la télévision. J’ai subitement ressenti un coup de fatigue qui ne m’a pas inquiété. Tout de suite je me mets à saigner du nez, de la bouche. Je n’ai pas pris conscience de la gravité du mal. Voilà ce que je me souviens que j’ai vécu», raconte Rigobert Song Bahanag.

Son ami le trouvera dans un état d’inconscience, lui procurera les premiers secours. L’ex capitaine des Lions Indomptables va être ensuite interné au Centre des urgences de Yaoundé. Le Cameroun tout entier se mobilise pour son héros. Les messages et les actes de soutien arrivent de tous les coins du pays. Du monde entier aussi. De nombreux Camerounais campent devant le Centre des urgences. On les entend crier «Rigo debout» et d’autres choses en soutien au Lion malade. Il sera évacué le 5 octobre vers la formation hospitalière parisienne «La Pitié-Salpétrière» pour la suite de sa prise en charge sanitaire. «Rigo» finit par se tirer d’affaire et sans séquelles contrairement à d’autres victimes d’AVC qui en ont lorsqu’ils ne trépassent pas simplement. Rigobert Song que la rumeur avait donné mort à plusieurs reprises n’avait jamais été aussi proche de la fin.

Zidane comme camarade et …modèle !

Le vainqueur de la Coupe de la Ligue de football professionnel de France remet son costume de sélectionneur courant Juillet 2017 en pensant à ceux qui l’ont aidé à surmonter l’épreuve d’octobre 2017. Il veut rendre à sa manière le bien qu’on lui a fait. Le 6 août 2017 à Douala, il tient «encore à dire merci pour ce soutien». Le souvenir de ce bienfait le pousse à vouloir offrir à son pays le meilleur : «et c’est pour ça d’ailleurs que je suis rentré en service pour faire plaisir à ce peuple qui m’a beaucoup apporté. Je me sens redevable pour tout ce qu’il a fait pour moi. Et je me donne à 100% pour produire des résultats et faire plaisir au peuple», poursuit un Rigobert Song qui voit grand pour sa sélection. «Mon premier rêve en tant qu’entraîneur qui commence cette formation c’est déjà ma qualification. Il faudrait que je gagne le CHAN parce que ça fait partie de mes priorités. Parce que par rapport à l’Histoire je ne pense pas que le Cameroun a déjà eu à atteindre le sommet de cette compétition. Je mets très haut la barre parce que j’aime les défis. J’aime être in guerrier et je préfère me mettre à la hauteur des attentes», a-t-il confié à un confrère.  Ce serait déjà un bon début de carrière pour ce camarade de promotion qu’est Zinendine Zidane à Clairefontaine.

(Avec Agences)

Top