Souhail: la décision opportune pour faire tourner la machine

Tirage sur la Ligne de Précaution et de Liquidité du FMI

Par Fairouz El Mouden

Le Maroc vient de procéder à un tirage sur la ligne de Précaution et de Liquidité (LPL) conclu avec le Fonds monétaire International  d’un montant de 3 milliards de dollars remboursable sur une durée de cinq ans avec une période de grâce  de trois ans.

Une décision  nécessaire pour faire tourner la machine en attendant des jours meilleurs, indique  Abdelwahed  Souhail, Economiste et membre du BP du PPS, qui estime toutefois, que la manière avec laquelle les choses se sont déroulées incite à réfléchir.  Pour lui, il faut préparer un autre budget et réviser la loi des finances et se rendre à l’évidence  que la situation a complètement  changée. D’où la nécessité d’avoir un discours de franchise avec le citoyen pour  lui dire ce qui l’attend.

Souhail  précise qu’il faut être raisonnable et dire que le  Maroc va certainement, comme le Monde entier d’ailleurs,  devoir payer  très  fort le prix aux conséquences éco de la pandémie. Il est clair que quand  vous arrêtez l’économie et que vous voulez soutenir des gens, vraisemblablement il y ‘aura des problèmes de recettes, d’où le recours à l’endettement, explique-il. Et d’ajouter que le Maroc est entrain de tirer sur une possibilité pour faire tourner la machine économique.

Et lui de rappeler  qu’avec le confinement de nos MRE, la baisse de la demande étrangère adressée au Maroc, la crise du tourisme et de l’aérien, les réserves de change risquent de fondre. La levée de la ligne de précaution en ce moment va certainement aider le Maroc à faire face à la situation de crise actuelle. Cela ne l’empêche pas de se poser la question  de savoir  comment se fait-il aujourd’hui, que nous ayant une économie comme toutes les économies capitalistes qui se fragilisent assez rapidement et davantage que le reste du monde.

Dans un communiqué, le département des finances indique que la  mobilisation de cette facilité intervient dans le cadre de l’accord au titre de la LPL conclu avec le FMI en 2012 et renouvelé pour la 3e fois en décembre 2018, pour une période de deux ans, avec l’intention de l’utiliser comme assurance contre les chocs extrêmes, comme ceux que nous vivons actuellement. La pandémie du Covid-19, d’une ampleur sans précédent laisse présager une récession économique mondiale bien plus profonde que celle de 2009.

«L’économie nationale sera en conséquence impactée, notamment au niveau des secteurs et des activités orientés vers l’extérieur, à savoir les métiers mondiaux du Maroc, les recettes au titre des voyages, les transferts des marocains résidents à l’étranger et les investissements directs étrangers», souligne le communiqué.

Et d’ajouter que «la LPL contribuera à atténuer l’impact de cette crise sur notre économie et à maintenir nos réserves de change à un niveau adéquat à même de consolider la confiance des investisseurs étrangers et de nos partenaires multilatéraux et bilatéraux dans notre économie. Le tirage sur cette ligne de liquidité sera mis à la disposition de Bank Al-Maghrib et sera affecté essentiellement au financement de la balance des paiements et n’impactera pas la dette publique, ce qui constitue une première dans nos transactions financières avec le FMI.

Related posts

*

*

Top