Les Botolistes et l’enjeu du CHAN

Qui dit mieux

C’est hier, lundi, que le Maroc devait commencer son Challenge pour défendre son titre du championnat d’Afrique de football des joueurs locaux (CHAN 2021) organisé au Cameroun entre le 16 janvier courant et le 7 février prochain.

L’équipe nationale qui a rencontré son homologue du Togo dans sa première sortie, lundi 18 janvier, enchainera respectivement contre le Rawada, le 22 janvier, et l’Ouganda le 26 du même mois, pour le compte des matches du premier tour de cette édition du CHAN 2021 prévue initialement en 2020 mais étalée en raison de la pandémie de Covid-19.

Champion en titre, le Maroc qui remet sa couronne en jeu devra donc prendre les choses en main de son groupe C, un des groupes les plus homogènes dans ce CHAN avec des adversaires prenables mais qui attirent les attentions.

Le Togo, premier adversaire du Maroc, constitue une formation novice dans ce tournoi qu’il atteint pour la première fois dans son histoire notamment après avoir éliminé le Nigeria, un des grands du Continent. Ayant une belle ossature venant des grands clubs de son championnat local dont l’AS Togo Port, la sélection togolaise dirigée par l’ex capitaine de la sélection A, Abalo Dosseh, pourrait ainsi créer la sensation au Cameroun.

Le second adversaire de l’équipe nationale, le Rwanda, est à sa 4e participation au CHAN qu’il a organisé sur son sol en 2016 en se contentant d’une place au quart de finale face au futur vainqueur, la RD Congo.

Le troisième adversaire, l’Ouganda,  reste un habitué du CHAN avec une 5e participation sur 6 éditions. Mais la sélection ougandaise qui n’a jamais franchi le premier tour, compte mettre fin à cette série noire et se qualifier enfin pour le deuxième tour.

Voilà en bref pour les trois adversaires du premier tour que l’équipe du Maroc doit prendre au sérieux.

Ayant réalisé sa 4e participation, la sélection marocaine nourrit ainsi de très grandes ambitions pour défendre son premier sacre remporté en 2018 à Casablanca en dominant en finale et sur un score sans appel de (4-0), le Nigeria un des grands absents de l’actuelle édition.

Tous les atouts sont du côté des Lions de l’Atlas et leur sélectionneur national, Houcine Ammouta, qui compte enchainer avec un nouveau titre dans cette compétition continentale après celui réalisé par son prédécesseur Jamal Sellami.

Et bien avant de rallier le Cameroun, l’équipe nationale a effectué beaucoup de stages de concentration tout en disputant plusieurs matches amicaux consacrés par tant de victoires dont les deux dernières enregistrées au détriment d’un seul adversaire, la Guinée, qui fait également partie de ce CHAN. Les Botolistes de Houcine Ammouta ont certes remporté ces deux matches, difficilement et sur des scores serrés (2-1 et 1-0), mais ils ont fait preuve d’un jeu efficace et d’une grande détermination pour réussir l’essentiel. Ce qui montre que le Onze national est prêt, non seulement  pour entamer la compétition mais aussi et surtout pour l’achever en beauté.

Pour ce, Ammouta, a mobilisé un commando de pas moins de 34 joueurs ayant participé au récent stage effectué au Maroc avant de partir pour le Cameroun. Et seulement deux joueurs brillent par leur absence, Abdelilah El Hafidi et Adam Ennafati pour cause de blessures.

Mais les autres, tous les autres, sont aptes physiquement, techniquement et ont surtout le moral au beau fixe. Ils semblent déterminés pour honorer leur mission et aller de l’avant vers un second titre continental qui constituerait une très bonne affaire pour le Maroc qui se bat cette année sur d’autres compétitions africaines pour les Lions des Grands et les Lionceaux de l’Atlas en CAN des moins de 20 ans.

L’équipe nationale composée des meilleurs joueurs de la Botola dont Ayoub El Kaabi meilleur buteur du CHAN 2018 avec un record de 9 réalisations, est donc armée d’une grande confiance avant le début des hostilités. Elle est également forte de plusieurs grands joueurs  venant des clubs expérimentés à l’échelon africain dont la RSB vainqueur de la Coupe de la CAF, ainsi que les deux grandes formations casablancaises, le Raja et le WAC, grands habitués des compétitions continentales interclubs.

Ce sont là d’autres enjeux pour nos Botolistes qui ont une autre opportunité afin d’étaler leurs prouesses techniques, toujours vers de lendemains meilleurs…

Related posts

Top