Afailal: aucun effort ne sera épargné pour la couverture en eau potable à Chefchaouen

La secrétaire d’Etat chargée de l’Eau, Charafat Afailal, a exprimé, vendredi à Chefchaouen, son engagement à accompagner tous les efforts pour améliorer le taux de couverture de la province en eau potable.

Lors d’une rencontre de communication sur l’état des ressources hydrauliques dans la province, Mme Afailal s’est arrêtée sur les projets de création de plusieurs barrages pour la mobilisation des eaux de surface et le projet de branchement au réseau d’eau potable, ainsi que l’étude d’autres projets de création de micro barrages dans la province afin de garantir l’alimentation du milieu rural en eau potable et d’irrigation.

Cette réunion, tenue avec les responsables locaux concernés par ce secteur, entend s’arrêter sur la situation hydraulique dans la province de Chefchaouen, écouter les préoccupations de ses habitants et trouver des solutions radicales de manière à généraliser l’accès au réseau d’eau potable.

S’agissant de la situation hydraulique dans la province, Mme Afailal a fait savoir que la région connait des précipitations importantes dépassant les 1.000 mm par an au niveau des hauteurs, tandis qu’elles varient entre 350 et 650 mm sur la bande côtière, précisant que ces précipitations permettent à la province de disposer d’un volume d’eau annuel de plus de 1,3 milliard de m3.

La secrétaire d’Etat a fait observer que la contrainte la plus importante entravant la gestion des ressources en eau sont les inondations causées par le système hydrologique, le terrain montagneux et la nature des formations géologiques, ainsi que la pénurie des ressources au niveau local pour répondre aux besoins des habitants dans le milieu rural, outre la pollution résultant des pressoirs à olive.

De son côté, le gouverneur de la province de Chefchaouen, Ismail Abou El Houkouk, a affirmé que plusieurs contraintes sont à l’origine de la réduction d’accès de bon nombre d’habitants des zones rurales de la province au réseau d’eau potable, précisant qu’il s’agit principalement des changements climatiques, de l’accroissement démographique et la pénurie des ressources en eau.

Les autorités locales, a-t-il souligné, ne ménagent aucun effort pour trouver des solutions à long terme permettant d’augmenter le taux de couverture de la province en eau potable, et ce à travers la mobilisation des eaux de surface et souterraines, la rationalisation de la consommation et la création de plusieurs barrages pour stocker les eaux des précipitations. Les participants à cette rencontre ont été unanimes à souligner la nécessité d’augmenter le taux de couverture de la province en eau potable, en particulier les zones montagneuses, de préserver les nappes phréatiques des dangers de la pollution et d’accélérer la mise en œuvre de solutions urgentes pour alimenter les régions qui connaissent actuellement un manque en eau potable.

Cette rencontre de communication a été suivie par une visite de terrain à la station d’assainissement liquide de la ville de Chefchaouen et au projet du barrage Moulay Bouchta, ainsi que la présentation du projet du barrage Bni Manssour.

(MAP)

Related posts

*

*

Top