Si Ali Yata a fondé une école de pensée beaucoup plus qu’un parti politique

Khalid Naciri, membre du BP du PPS

Khalid Naciri, universitaire et membre du BP du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS), souligne que feu Si Ali Yata a été le premier responsable politique et surtout le fondateur et l’animateur d’une véritable école de pensée et de pratique politique. De même, il était un grand humaniste qui a toujours su mettre l’intérêt du citoyen et l’intérêt de la nation au-dessus de toutes autres considérations.

Al Bayane : Pouvez-vous nous résumer en quelques mots l’axe pertinent de la pensée de Si Ali Yata ?

Khalid Naciri : Il faut dire que Si Ali Yata est un élément fondamental non seulement du patrimoine du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) à travers toute son histoire, ses engagements, ses actions, ses positions et son militantisme, mais également de toute la nation.

Il a été le premier responsable du parti et également – et surtout – le fondateur et l’animateur d’une véritable école de pensée et de pratique politique.

Le PPS peut s’en enorgueillir à juste titre de poursuivre son action dans la continuité du legs historique géant de sa militance pour les causes sacrées de la nation et l’émancipation du peuple marocain.

Cet héritage est-il toujours d’actualité?

La pensée de feu Si Ali Yatane saurait être que d’actualité parce qu’elle était animée par l’intelligence du moment historique. Si Ali Yata n’a jamais travaillé ni dans le dogmatisme ni dans l’opportunisme durant toute sa carrière. Il a toujours su éviter ces deux dangers majeurs qui guettent l’action d’un homme engagé sur le plan politique. Il a consolidé sa vision par le patriotisme à toute épreuve et par un engagement social à toute épreuve. Lorsque nous disons que Si Ali Yata fait partie du patrimoine national ce n’est pas une simple phrase ou une simple figure de style, mais c’est la réalité vivante telle que nous l’avons vécue, telle que nous avons connu Si Ali Yata des années durant. J’ai personnellement suivi et côtoyé Si Ali Yata durant toutes mes premières années au parti vers la fin des années soixante et les années soixante-dix et j’ai trouvé en cette homme un grand humaniste qui a toujours su mettre l’intérêt du citoyen et l’intérêt de la nation au-dessus de toutes autres considérations. Si Dieu lui avait prêté vie jusqu’à aujourd’hui, il n’aurait pas dérogé à ces lignes de conduite. C’est la raison pour laquelle nous soulignons fièrement que lorsque nous célébrons l’anniversaire de sa disparition, nous célébrons une partie de nous-mêmes.

Cette pensée politique sert-elle toujours de référence au PPS dans sa ligne politique d’aujourd’hui?

Si Ali Yata demeurera notre référenceet ses pensées resteront notre véritable guide pour l’action parce qu’il a construit une école de pensée beaucoup plus qu’un parti politique. Et nous sommes heureux et fiers comme nous sommes honorés d’être les continuateurs pour poursuivre l’action, l’engagement et la défense de l’héritage qui est un bien historique de tout le peuple marocain. Nous espérons être à la hauteur des valeurs qu’il avait instaurées.

Au niveau médiatique, Si Ali Yata s’est distingué par sa plume et ses positions. Cette école inspire-t-elle aujourd’hui le monde des médias?

Certains journalistes sont et demeurent dans cette lignée éthique. C’est-à-dire qu’ils considèrent que la fonction du journaliste n’est pas celle de traficoter l’information au service d’intérêts plus ou moins occultes, mais d’être au service du citoyen en l’informant, en le sensibilisant, en l’orientant par la mise à sa disposition de l’information réelle. Si Ali Yata appartenait à cette école du militantisme par le journalisme, entre autres. Il faut dire que le défunt avait toujours considéré le journalisme comme une vertu supérieure qui transmettait et transférait aux journalistes la vision fondamentale d’un monde meilleur. À ce propos, je considère que parmi les éléments fondateurs de son école et de sa perception du journalisme, celle du journalisme militant. Car il faut rappeler et souligner que Si Ali Yata pratiquait le journalisme en tant que forme de militantisme et non pas du tout un gagne-pain. C’était une mission de création, d’un référentiel de la nation moderne. C’était la mission de Ali Yata dans le champ journalistique marocain.

Propos recueillis par B.A

Top