La Bourse de Casablanca en sous-performance mondiale

En 2017, la Bourse de Casablanca n’a pas profité de la tendance mondiale de hausse des marchés actions. En particulier, au 6 décembre, le MSCI Morocco affiche une performance annuelle de 5,19% contre 17,53% pour le MSCI World.

Cette sous-performance est aussi visible vis-à-vis du MSCI FM Africa qui a réalisé une performance de 20,28%. Il en est de même avec le MSCI Frontier Markets (24,57%) ainsi que le MSCI Emerging Markets (27,71%). Aussi, plusieurs pays africains, ont réalisé une performance supérieure au Maroc. C’est le cas du Nigeria avec 32,16%, du Kenya avec 32,31% et de Mauritius avec 30,33% ainsi que la place émergente de l’Afrique du Sud avec 17,77%.

Toutefois, le Maroc fait mieux que la Tunisie qui n’affiche qu’une performance de 4,61% ainsi que l’Egypte qui affiche au compteur -0,07%. Notons aussi que la Tunisie a été surtout pénalisée par la faiblesse du Dinar tunisien car la bourse de Tunis affiche en monnaie locale une performance annuelle de 13,93%.

Cette situation s’explique par plusieurs éléments. Le premier est celui de la présence plutôt limitée des investisseurs étrangers qui sont la courroie de transmission des mouvements boursiers mondiaux. En effet, cette catégorie d’investisseurs ne détient que 12% du flottant en Bourse. Aussi, la part dans les transactions boursières est aux alentours de 13%.

Le second élément est relatif à la frilosité des investisseurs au niveau local qui sont tantôt alarmés par le blocage gouvernemental et tantôt par la course à la prise des bénéfices en plus du changement d’humeur au niveau de certains secteurs comme l’immobilier. Cette frilosité semble aussi s’auto-entretenir avec l’hésitation des Brokers locaux qui ne sont ni franchement optimistes ni catégoriquement pessimistes.

Farid Mezouar

(Directeur exécutif de flm.ma)

Related posts

*

*

Top