Cap sur le troisième round!

Invraisemblablement le virus Covid-19 ne lâche pas prise. Il maintient sa présence dans notre pays, notamment dans certains foyers concentrés dans des régions ou plutôt des villes indiquées.

Ce qui expliquera, en gros l’annonce de la prolongation du confinement. Encore vingt jours de confinement, avec les mêmes gestes barrières, partout dans le pays sans exception. Pas le moindre risque, semblent prôner les pouvoirs publics, pour pouvoir gagner cette épreuve qui ne fait que durer.

Le combat n’est pas encore à son terme, puisque l’endémie est toujours dans les parages. Certes, certaines régions du royaume ne sont pas pratiquement en danger, puisque cela fait plus de deux mois qu’elles ne sont pas atteintes. Mais, en revanche, d’autres sont atteintes et continuent à l’être, sans relâche. Il faut dire que, depuis l’élargissement de la cadence du dépistage, les cas de contamination se manifestent, plus particulièrement au niveau des villes déterminées.

Il n’en demeure pas moins évident que le relâchement s’est fait ressentir dans nombre de régions. A la différence de certains citoyens qui se conforment aux consignes de l’état d’urgence, on relèvera, non sans exaspération, que d’autres font preuve de négligence à l’égard de toutes ces instructions, en particulier dans les grandes villes. Il est bien vrai également que des gîtes éclatent par-ci, par-la, en particulier des fabriques, des familles ou encore des centres d’incarcérations.

Mais il ne fait pas de doute non plus, que des cas sont enregistrés, relatifs aux divers constats de transgression de certains points, comme les déplacements entre villes du royaume. Dans ce sens, on se demande pourquoi des «resquilleurs» échappent à la vigilance des arrêts de contrôle sur leur passage pour arriver à leur destination. Bien entendu, on comprendra les contraintes qu’endure le citoyen dépourvu des moyens de vie quotidienne.

Il va sans dire que la troisième durée de confinement est dictée par l’état actuel de la pandémie. Notre pays a déployé un effort éléphantesque afin de parvenir à ce bilan de lutte loin de souffrir d’aucune contestation.

Toute la nomenclature de mesures prises à volonté, pour assurer le maximum de sécurité aux populations sur les plans sanitaire et social, s’est avérée à la hauteur des aspirations escomptées : le rythme de rémissions a, en effet, foncièrement baissé, alors que celui des décès a connu aussi une certaine  évolution quasiment stagnante.

A voir ces données et comparativement à la situation qui prévaut dans nombre de pays, on s’accordera à dire qu’on n’a pas à verser dans une attitude alarmiste. Cependant, la vigilance est de mise, en ce dernier, espérons-le, round qui, à coup sûr, on nécessiterait davantage de fermeté face à la crise.

D’autant plus que les retombées ne font que croître dans les divers secteurs de l’économie nationale dont les salariés se trouvent en chômage, puisque la machine s’est longuement arrêtée. On est donc parti pour au moins, trois mois de confinement d’affilée, sans avoir, pour autant, la certitude d’en finir, puisque le taux de contaminés ne cesse d’exploser sur des points précis du pays. Toutefois, à notre sens, il va falloir déconfiner, certaines régions, par progressivité, tout en maintenant des mesures préventives et relevant des restrictions pour d’autres.

Dans le même sillage, il conviendra de dire que, jusqu’ici, les démarches prises à présent sur le plan sanitaire s’avèrent payantes, quoiqu’on ait pris du retard, en matière de port de masque et de renforcement des dépistages. Mais, il est à reconnaître que, dans les deux cas, les moyens faisaient défaut, au début. Dans tous les cas, on en aura encore pour une vingtaine de jours pour y voir plus clair, tout en misant toujours sur l’abnégation et l’audace du peuple marocain pour gagner cette bataille.

*

*

Top