Gabon: Ali Bongo encore maître du jeu?

L’Histoire va retenir qu’un Accident Vasculaire Cérébral, quelle qu’en soit l’intensité, ne peut avoir raison d’un chef d’Etat africain.

Ainsi, après qu’un certain Bouteflika soit resté aux «commandes» de l’Algérie plus de cinq années après qu’un AVC lui ait fait perdre aussi bien sa mobilité que son élocution, c’est le président gabonais Ali Bongo Ondimba qui, après sa convalescence à l’étranger à la suite de l’AVC dont il avait été victime cinq mois plus tôt avait regagné son palais présidentiel à Libreville le 23 mars dernier.

Voulant faire de ce retour au bercail un «retour définitif» et faire taire une opposition qui, en mettant en doute sa capacité à diriger le pays, réclamait que la vacance du pouvoir soit déclarée, le président gabonais s’est adressé, ce samedi, à ses compatriotes, dans un discours enregistré diffusé par la chaine de télévision nationale. Dans cette intervention, qui aura duré huit minutes, le chef de l’Etat gabonais a déclaré avoir demandé à son Premier ministre de constituer une nouvelle équipe gouvernementale. Désireux de «faire le ménage» au sein de la classe politique qui a été secouée ces derniers temps par un grand scandale ayant trait au trafic de bois précieux   où sont impliquées d’éminentes personnalités et rapidement devenu le «kévazingo gate»,  Ali Bongo entendrait accorder la priorité à l’«éthique». Il voudrait donc un nouveau gouvernement, plus restreint que le précédent, comprenant des personnalités des deux sexes qui soient «capables de faire preuve d’exemplarité» et, surtout, soucieuses de l’intérêt général du pays. «Ceux qui se mettront en travers de cette voie sont prévenus ; ils seront sèchement écartés» a-t-il déclaré.

Pour rappel, le «Kevazingo gate» gabonais est un scandale afférent à l’exploitation illégale d’un bois précieux appelé Kévazingo et, notamment, à la disparition des 353 containeurs contenant près de 5000 m3 qui avaient été saisis dans le port d’Owendo; ce qui, outre la suspension de très hauts fonctionnaires avait paralysé, durant quelques temps, l’activité forestière voire même industrielle du pays.

Ali Bongo a saisi cette occasion pour rendre un hommage déférent à son père et « père fondateur» du pays, Haj Omar Bongo et pour saluer son «pragmatisme» et sa «ténacité». Et si, depuis qu’il s’était adressé à la nation depuis son lieu de convalescence à Rabat le 31 décembre dernier Ali Bongo n’a fait aucune déclaration publique, Marc Ona, un des représentants de la société civile a affirmé à l’AFP qu’«il y a eu une utilisation abondante de ciseaux pour faire le montage de la vidéo» diffusée ce samedi ajoutant même que «pour convaincre les gabonais de sa capacité à continuer à diriger le pays, il aurait fallu organiser une conférence de presse avec des journalistes».

Ali Bongo Odimba est-il réellement apte à diriger le Gabon en dépit de son Accident Vasculaire Cérébral ou est-ce une simple réédition au Gabon et avec quelques légères retouches de la pièce qui a été jouée à Alger durant plus de cinq années ? Attendons pour voir…

Nabil El Bousaadi

Related posts

*

*

Top