Le gouvernement s’engage à concrétiser le discours royal

Le discours royal du 29 juillet 2017 à l’occasion de la fête du Trône, empreint de franchise, d’audace, de sincérité et de réalisme, trouve son chemin vers la concrétisation pour se pencher, illico presto, sur les préoccupations réelles et urgentes des citoyennes et des citoyens, remédier aux souffrances et problèmes dont souffrent l’administration et le développement socioéconomique et assurer une véritable justice sociale et une équité spatiale.

L’annonce a été faite, jeudi, par le chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, lors de la première réunion hebdomadaire de son gouvernement, intervenant après le discours royal.

Il s’agit, en effet, d’une nouvelle feuille de route ayant pour référence le contenu du discours royal et ses orientations dans tous les domaines.

Six axes ont été retenus par le chef de l’Exécutif pour mener à bien son action gouvernementale en vue d’atteindre le niveau de progrès escompté.

Le premier engagement de l’équipe gouvernementale a trait à la mise en œuvre saine, démocratique et entière de la Loi fondamentale, notamment la question de reddition des comptes et toutes les dispositions constitutionnelles et détails y afférents.

Le deuxième axe de la nouvelle feuille de route concerne le nouveau concept de proximité, à savoir le service au citoyen, son écoute attentive, le traitement de ses doléances et la satisfaction de ses attentes.

Le troisième volet, quant à lui, porte sur l’investissement, générateur de richesses et des offres d’emplois. Dans ce registre, le gouvernement procédera à une réforme des mécanismes de gouvernance pour assurer une fluidité des circuits, balisant la voie aux investisseurs.

Le quatrième élément s’articule autour de l’amélioration des conditions du développement humain et territorial, ayant un impact direct sur la vie quotidienne de la population dans les différentes régions du royaume.

Le cinquième point touche la réforme de l’appareil administratif, l’amélioration de son rendement, son efficacité, sa réactivité et sa gouvernance.

Enfin, le dernier axe porte sur le cadre à mettre en place pour assurer une coordination parfaite des actions des différents départements et intervenants selon une vision stratégique afin de mener à bien ce chantier dans les délais impartis.

À ce propos, le chef du gouvernement s’est dit confiant et optimiste, assurant que son équipe gouvernementale sera à la hauteur des orientations royales, qui avaient véhiculé un message on ne peut plus univoque aux partis politiques, aux responsables gouvernementaux et aux administratifs pour qu’ils haussent le niveau de leur action, accélèrent le rythme de leur intervention et placent désormais le service du citoyen et la satisfaction de ses doléances au cœur de leurs missions.

B. Amenzou

Related posts

One Comment;

  1. DR IDRISSI MY AHMED a dit:

    ET LA 7 EME MESURE ?
    Celle de supprimer les taxes indirectes qui sont appliquée sur les souffrances et les maladies !
    EXPLICATIONS
    Des réglementations, des lois archaïques, iniques, sont appliquées, par rapacité inhumaine et inconscience, depuis des lustres, sur un pan de société qui souffre de tous les types de maladies, aigues et fréquentes, rares ou chroniques ou plus graves ! Le médicament est comme le pain ou le livre. L’INDH, c’est d’abord, la santé, celle du citoyen pour qu’il se relève et s’active ! Et non pas le harasser et de l’écraser de taxes, tout spécialement lorsqu’il est malade.
    A l’AAMM, nous incriminons depuis près de 15 ans, la TVA. Elle qui était encore de 7% et qu’on vient d’augmenter à 10 % ! Plus la Taxes de Douane de 17 % sur tous les intrants des soins et sur les médicaments que nous décrions sur la presse. Sur la presse, sur les médias, à Al Bayane, on le sait. Et plus directement en nous adressant régulièrement, aux conseillers, aux cadres responsables, pour les impliquer dans la réforme fiscale attendue et aux fins de les rendre plus participatifs. Pour les rendre opérationnels et plus conscients des besoins sociaux. Ceux qui motivent tant de rancœurs et d’admonestations de la part du Roi ! SM lui-même, qui dans son dernier discours du Trône fait tout un réquisitoire sur les retards et les manquements.
    Ces taxations fiscalisent les médicaments alloués aux seuls malades. Retenez-le ! Seuls les malades, le bel incivisme, paient ces taxes immondes’’ sur les médicaments. Et surs leurs intrants, qui pour la pluparts, sont importés au pays, qui ne les invente pas !
    Et ces taxes indirectes s’appliquent sur les réactifs et le matériel de diagnostic alloué aux hôpitaux d’Etat comme sur le secteur libéral !
    RÉFÉRENCES
    http://www.oujdacity.net/na
    http://fr.calameo.com/read/
    http://www.atoute.org/dcfor
    http://www.leseco.ma/maroc/
    http://www.libe.ma/TVA-sur-
    http://www.survivreausida.n

    EXTRAITS COMPLEMENTAIRES
    ../..COPIE DU NET POUR LE RAPPLEL
    C’est là l’occasion propice et déférente de revenir avec bienséance sur notre demande de réformer «les taxes sur les maladies ». C’est ce que se sont en fait, ces taxes iniques de Douane et de TVA sur les médicaments importés, les réactifs, le matériel et les intrants des soins ! Elles sont partiales, indues, malencontreuses et archaïques ! Confrontés à leur pression sur l’accès aux soins, nous sommes les témoins conscients de leur négation et des colères suscitées chez ceux qui souffrent. Nous désirons que notre pays s’acquitte de cette outrance qui dessert toutes les classes, en pesant plus sur celles qui sont les plus fragiles, les démunis !
    Ces taxes sur les malades sont antinomiques et contraires aux actions généreuses que développe notre Souverain bien aimé !
    Car elles frappent tendancieusement et uniquement les malades.
    Elles ne sont payées et acquittées que par les seules personnes qui souffrent.
    Ne respectant, sauf exception, ni les malades psychiatriques, ni les cancers, ni les maladies chroniques.
    Tout comme elles frappent les douleurs aigües et les fièvres consumantes.
    Celles des parturientes et des nouveau-nés.
    Elles aliènent pour les compliquer les maladies, bien plus fréquentes chez les personnes percluses et celles qui sont éloignées des services médicaux !
    La santé plus que le travail ou le pain est primordiale pour le développement humain ! Qui plus est, en bridant l’accès aux soins, les taxes indirectes sur les soins fragilisent en les hypothéquant, tous les progrès humains. Ces « taxes surérogatoires » freinent de leurs plus-values imposées, le renouvellement du matériel et la modernisation des services de santé ! Car même les hôpitaux paient ces taxes !
    A l’occasion des fêtes et des félicités publiques, et comme participation civique de notre part à ces manifestations de joies, nous avons l’insigne honneur d’exprimer avec ferveur cette sollicitation de réforme à notre auguste Souverain.
    Nous réitérons cette demande de grâce, afin qu’elle puisse s’étendre à tout le Peuple

Top