Hassan Akesbi, la légende vivante

A l’occasion du mois sacré du Ramada et à l’approche de la reprise des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 de football qui seront prochainement à la 3e journée de la phase des groupes, dernier Cap avant d’aller en Russie, pour les cinq pays gagnants du Continent dont le Maroc, on vous propose de revisiter ensemble le parcours de certains joueurs ayant accompagné l’équipe nationale en Coupes du Monde (1970 et 1986 au Mexique, 1994 aux Etats-Unis et 1998 en France).

Hassan Akesbi est un grand ancien joueur du football marocain mais qui n’avait également pas l’occasion d’accompagner les Lions de l’Atlas dans ses différentes participations en Coupes du Monde de 1970 à 1998. Joueur international ayant hissé le drapeau du Maroc dans différents rendez-vous pendant une bonne dizaine d’année (1960-1970) dont la participation au barrage pour le Mondial 1962, barrage difficilement remporté par l’Espagne face au Maroc à Madrid (3-2), Hassan Akesbi continua son parcours avec brio. Mais la déception de sa vie reste lanon participation à la Coupe du monde de 1970 au Mexique à quelques jours du début de l’épreuve, pour cause d’une vilaine blessure. Ce fut une sévère fin de carrière d’Akesbi qui ne peut pourtant rien regretté puisqu’il reste tout simplement un grand joueur qui a bien réussi son parcours.

Natif de Tanger le 1er mai 1935, Hassan Akesbi a fait ses débuts sur les plages de Tanger qui constituaient le point de mire des superviseurs et recruteurs de l’oiseau rare. C’est ainsi que le premier contrat fut signer avec le club espagnol de Sevillana de Tanger en 1949 alors qu’Akesbi ne dépassait pas les 14 ans. Par la suite il passe à Rabat pour rejoindre le FUS en 1951 où il y resta pendant quatre ans. C’est à partir de là qu’Akesbi va pouvoir voir de l’autre côté de la Méditerranée. Sa première destination européenne fut en France où il va porter le drapeau de Nîmes Olympique entre 1995 et 1961. C’est une longue période réussie par l’attaquent Akesbi au sein de Nîmes en inscrivant 119 buts sur 204 matches. Ce qui lui a valu le mérite de rejoindre le Grand club, Stade de Reims, en 1962. Dans ce mythique club, Akesbi avait tout d’abord la lourde tâche de faire oublier le meneur Just Fontaine qui n’arrivait plus à se relever de sa grave blessure contractée en 1961.

La mission d’Akesbi allait être bien accomplie avec un titre de champion de France à la clef en 1962 tout en étant sacré 2e meilleur butteur avec 23 buts lors de sa première saison avec Nîmes et 3e meilleur buteur avec 24 buts par la suite en (1962-1963).

Par la suite, Akesbi allait défendre les couleurs de l’AS Monaco (1963-1964) avant de revenir au Stade Reims lors de la saison (1964-1965).

C’est là le parcours professionnel réussi de HassanAkesbi, un avant-centre de taille moyenne (1,73 m), qui reste l’un des meilleurs buteurs de tous les temps du championnat de France en marquant 173 buts en 293 matches dans l’ensemble.

 Le retour au Maroc fut en 1965 directement vers son club de ses débuts, le FUS, au sein duquel il continua jusqu’à 1970, année de la fin de sa carrière de joueur, ici et là.

Reconverti en entraîneur, Hassan Akesbi fréquentait plusieurs clubs dont le FUS, le HUSA, l’IZK… Mai son nom reste cependant légendaire dans les annales du football marocain en tant que joueur avec plusieurs titres en main surtout en France : vainqueur de Coupe Charles Drago en 1956, finaliste deux fois de la Coupe de France (1958 et 1961), champion de France et vainqueur de la Coupe Mohammed V en une seule année (1962), vainqueur de la Coupe du Trône (1967)…

Ces titres furent d’une grande fierté pour Akesbi qui ne s’arrêta pas là. Car après une très belle carrière et avoir fait plus de 70 ans, Akesbi continua toujours de fréquenter les terrains. Il est resté toujours actif en passant à d’autres choses en lisant avec le foot, sa passion de toute sa vie, telle la création de l’amicale des anciens entraîneurs, une association qu’il a présidée pendant un quart de siècle. Ayant eu le mérite de faire partie de la commission technique de la Fédération (FRMF) et d’être membre du comité dirigeant du FUS, Akesbi n’a surtout pas oublié les anciens joueurs de son club préféré en étant présidant de leur association en réalisant beaucoup de choses de bien vers de lendemain meilleur…

Voilà en somme pour la vie d’un grand footballeur qui a commencé sa carrière en cachette sur les plages de Tanger car ses parents, pragmatiques, souhaitaient voir leur progéniture réussir ses études et assurer son avenir loin du foot et de son casse-tête de l’époque.  Akesbi a tout simplement choisi son chemin et son destin. Il a bien fait les choses mais de sa manière pour marquer son époque, par son talent, sa ruse et sa passion qui ont fait de lui une légende vivante et une grande star ayant marqué l’histoire du football national…

Rachid Lebchir

Related posts

*

*

Top