Hommage à Abderrafie El Jaouahri à Casablanca

Le poète marocain Abderrafie El Jaouahri était, l’invité d’honneur de l’Association Ouchaq Attarab Al Assil, au Théâtre du Palais Riad à Sidi Maarouf à Casablanca, pour rendre hommage à ce grand auteur de la poésie marocaine et aussi remémorer le beau temps dans lequel il a régné à travers des poèmes qui ont donné un nouveau souffle à la chanson marocaine moderne.

Cette Grande soirée musicale a célébré le parcours d’Abderrafie El Jaouahiri, icône de la poésie marocaine moderne et l’un de ses pionniers depuis les années 1960, outre son apport indéniable au champ poétique et artistique national. Une occasion pour rendre hommage à l’un des fondateurs de la poésie moderne marocaine.

A cette occasion, Khalid Benmansour, président de l’Association Ouchaq Attarab Al Assil, a déclaré que la cérémonie d’hommage s’inscrivait dans le cadre de la célébration d’un homme ayant une grande expérience dans le monde du journalisme, de la politique, du droit, de la poésie et de la littérature.

Ce dernier a loué, à cette occasion, les qualités professionnelles du poète Abderrafie El Jouahri qui, a-t-il dit, «a consacré sa vie pour donner une image très vivante d’un genre littéraire réputé difficile». Il a précisé qu’Abderrafie El Jaouahri, auteur du célèbre poème Al-Kamar Al-Ahmar a largement contribué à la relance de la culture marocaine, notamment à travers ses écrits et sa poésie, qui constituent une véritable expression de l’attachement du poète à son pays. Il convient de saluer très fort l’initiative de l’association et à leur tête son président Khalid Benmansour qui ne cesse de vouloir immortaliser les artistes et hommes de la culture à travers l’organisation d’événements de ce genre.

En effet, cet hommage était une aubaine prestigieuse en présence d’éminents artistes de renom, d’écrivains et de représentants des médias, de la politique et de l’économie.

Ont participé à cette grande soirée musicale dédiée à cet érudit, qui a été relancée par le groupe dirigé par le maestro Salah EchCharkaoui, un groupe d’artistes renommés tels que l’artiste Bachir Abdou, qui a émerveillé les spectateurs et la prestigieuse assistance à la merveilleuse chanson ‘’Al kamar Al Ahmar’’ ( traduisez : la lune rouge ), accompagné de l’artiste Zainab Oussama, tandis que le distingué artiste Mohcine Salah Eddine qui a interprété la chanson de l’autre poème de l’éminent poète, à savoir ‘’Romouch’’, ainsi que l’artiste Jawad Bennouna qui a chanté comme à son habitude le poème ‘’Miaad’’ (Traduisez, ‘’Rendez-vous’’).

La présence équilibrée d’acteurs et d’écrivains politiques et économiques, ainsi que d’artistes de tous les horizons, a fait de la cérémonie d’honneur un mariage de grande classe et une grande réussite, dans laquelle le créateur de la merveilleuse chanson ‘’Rahila’’  était la vedette de cette grande soirée.

Abderrafii El Jaouahri a tenu à remercier les organisateurs «pour cette soirée émouvante et inoubliable» et s’est félicité des progrès et du développement accomplis par le Maroc dans différents domaines, notamment dans le domaine de la culture. «La scène intellectuelle marocaine connaît un souffle nouveau depuis quelque temps», a-t-il précisé.

Natif de Fès, Abderrafie El Jaouahri a présidé en 1996 l’UEM. Son nom est intimement lié aux chansons dont la musique a été composée par feu Abdessalam Amer. Ses textes ont marqué l’histoire de la chanson marocaine, telles «Rahila» interprétée par feu Mohamed Al Hayani, «Al Kamar Al Ahmar» immortalisé par Abdelhadi Belkhayat…

Il est à noter qu’Abderrafie El Jaouhari  a  fait ses études primaires et secondaires à Fès avant de regagner Rabat dans les années soixante pour travailler à la RTM, d’abord à la Radio puis à la TVM qui émettait à l’époque en noir et blanc. Il fut l’une des vedettes du J.T en langue arabe de la chaîne aux côtés de trois grandes présentatrices, une race malheureusement disparue à jamais aujourd’hui, qu’étaient Latifa El Fassi et Latifa El Qadi, ainsi que Badiâa Rayane, sans oublier Ahmed Rayane son mari, et Tayeb El Idrissi.

Déjà à cette époque-là, le jeune Abderrafie, qui deviendra, quelques années après, avocat du barreau de Marrakech, était très attiré par la toge noire puisqu’on lui doit la réalisation de plusieurs émissions à succès sur la justice.

Abdeslam Khatib

*

*

Top