Idbaalli appelle à enquêter sur les irrégularités commises au nom d’Al Omrane

Projet d’habitat «NASMA» à Essaouira

Said Idbaalli, membre du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme (GPPS : PPS) à la Chambre des représentants, a appelé à enquêter sur les irrégularités et l’arnanque, au nom du holding Al Omrane, dans le cadre du projet d’habitat «Nasma» dans la province d’Essaouira, lancé en 2009.

Ce projet, destiné aux couches sociales à revenu limité, piétine depuis son lancement sur les nombreuses irrégularités juridiques qui empêchent le parachèvement des opérations de vente aux acquéreurs, qui se sont pourtant acquittés de tous leurs arriérés, a-t-il indiqué, en riposte à la réponse de la ministre de l’aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Nouzha Bouchareb, au cours de la séance orale consacrée lundi 29 juin à la stratégie de sortie de crise du secteur.

Après avoir rappelé à la ministre sa demande écrite, -restée sans réponse-, pour lui exposer en détail le problème, il lui a demandé d’envoyer une commission d’enquête pour s’enquérir des irrégularités juridiques que connait le projet et qui se sont transformées même en arnaques au nom du holding Al Omrane, dans une tentative d’exploiter la confiance dont l’opérateur public jouit.

C’est en agissant de la sorte qu’il convient de traiter les problèmes qui entravent le secteur de l’habitat à travers la relance du bâtiment, la motivation des promoteurs immobiliers, le soutien de l’offre, l’encouragement de la demande et la réalisation de la justice spatiale, a-t-il dit, appelant à accorder davantage d’intérêt au monde rural et à traiter avec célérité les dossiers de ceux qui veulent construire leur propre maison, l’entretenir ou l’agrandir et à ne pas leur appliquer strictement les mesures en vigueur en milieu urbain.

Si on continue d’empêcher ainsi les ruraux de se construire leurs propres maisons, on va les contraindre à l’exode rural, encourager l’habitat anarchique et contribuer à la montée de la tension sociale, a-t-il estimé.

Lors de son passage devant les députés, Nouzha Bouchareb a passé en revue les mesures d’accompagnement des professionnels à la veille de l’annonce d’un plan de relance du secteur.

Elle a indiqué que pas moins de 1,18 milliard de dirhams ont été débloqués en faveur des acteurs publics dans le cadre de conventions relatives aux programmes sociaux, en particulier les programmes de lutte contre l’habitat insalubre.

M’Barek Tafsi

Related posts

*

*

Top