Journalistes et éditeurs ont élus leurs représentants au CNP

Un nouveau jalon vient d’être posé dans le processus de réforme du champ médiatique marocain. Les élections du Conseil national de la presse (CNP) qui ont eu lieu, vendredi 23 juin, ont franchi un nouveau pas en avant pour la réforme d’un secteur crucial dans le processus de réforme global.

Ces élections, qui se sont déroulées dans climat normal, ont connu un taux de participation de 43,3%, lit-on dans un communiqué rendu public par la Commission de supervision de l’opération d’élection des représentants des journalistes professionnels et des éditeurs des journaux. Avec 29 voix, Mahtat Rakas, directeur de publication des quotidiens Al Bayane et Bayane Al Yaoume a été élu au collège des éditeurs.

Selon la même source, la seule liste réellement en liste, placée sous le slogan «Liberté, Probité, Professionnalisme», a remporté haut la main ces élections, avec 918 voix. Ladite liste est composée de Hamid Sâadni,Rabiaa Malek, Abdelkader Hajjaji, Younes Moujahid, Mounia Ouadghiri, Mokhtar Al Omari et Abdallah Bekkali.

Par ailleurs, la liste du « Changement », piloté par Ali Bouzerda et cellede « Fidélité et Responsabilité »,chapeautée par Abdessamad Bencherif ont obtenu respectivement 19 et 18 des voix exprimées.

S’agissant de la catégorie des éditeurs de presse, 16 candidats ont été dans la course,  marquée par un taux de participation s’élevant à 62,8%.  Le décompte final des voix a donné les élus suivants : Fatima Ouriaghli (39 voix), Noureddine Miftah (34 voix), Mahtat Rakas (29 voix), Mohamed El Hajjam (28 voix), Mohamed Selhami (26 voix), AbdelmounaïmDilami (26 voix) et Abdelhak Bakhat (25 voix).

Contacté par Al Bayane, Hamid Sâadni s’est d’abord félicité des résultats de ces élections tout en considérant que la prochaine étape devrait susciter la mobilisation de tous les acteurs afin de réussir ce chantier.  «Le CNP ne pourrait réussir sa mission sans inscrire son action dans une démarche d’écoute», déclare-t-il avec insistance. «Le CNP doit interagir avec la nouvelle donne en veillant à incarner les attentes de tous les Marocains sans exception, car, l’approche Presse et Société est l’entrée cruciale pour la réforme du secteur», souligne-t-il.

Quant à Abdellah Bekkali, Président du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), ces élections inédites dans le monde arabe et la région du Maghreb, constituent un exercice démocratique pour les professionnels de la presse.  Pour ce responsable du SNPM, les élections se sont également distinguées par la qualité du programme des candidats et ont mis au premier plan les propositions et les alternatives visant la poursuite de la réforme. Cela requiert engagement et détermination de tous les membres du CNP, en étant à la hauteur des défis, conclut-t-il.

Khalid Darfaf

Top