La peine capitale prononcée à l’encontre de l’assassin du petit Adnane

Karim Ben Amar

La Cour d’appel de Tanger a condamné, tard dans la nuit du mardi 12 au mercredi 13 janvier, l’assassin du petit Adnane, à la peine de mort. Les trois colocataires de l’assassin, ont été condamnés à 4 mois de prison ferme.

Le verdict est tombé. Ayant débuté hier, mardi 12 janvier 2021 vers 16 heures, l’audience n’a pris fin que tard dans la nuit. Cette sordide affaire qui a choqué les marocains à travers tout le pays mais aussi en dehors des frontières, s’est soldée par une condamnation pour tous les accusés.

Le principal accusé, l’assassin du petit Adnane, a été condamné à la peine capitale. De nombreux chefs d’accusation pesaient contre lui, dont : «homicide volontaire avec préméditation», «détournement» et «atteinte à la pudeur sur mineur», «séquestration» et «demande de rançon», «profanation d’une dépouille» et «dissimulation de preuves d’un crime».

Pour sa défense, le principal accusé a affirmé qu’il avait séquestré Adnane, tout juste âgé de 11 ans, afin de demander une rançon, en avançant qu’il n’avait pas l’intention de mettre fin à ses jours.

Les  arguments de l’assassin n’avaient pas convaincu la Cour. Au cours de l’audience, le principal accusé a été saisi d’un malaise suite à la plaidoirie de l’avocat de la famille de la victime. De ce fait, l’audience a été suspendue pour une durée d’une heure et demie.

Aussi, les trois complices de l’assassin du petit Adnane, qui sont ses colocataires, ont écopé de 4 mois de prison ferme pour «non dénonciation d’un crime».

L’affaire du kidnapping et de l’assassinat du petit garçon, retrouvé mort le 11 septembre dernier, avait mis en émoi l’opinion publique et ravivé la discussion sur la peine de mort.

Pour rappel,  la dernière condamnation à mort ayant été exécutée remonte à août 1993. Il s’agit de l’affaire du commissaire de police Mohamed Mustapha Tabit pour crimes sexuelles. Cette affaire avait défrayé la chronique à l’époque.

Related posts

*

*

Top