Le coeur dans la poésie amazighe

Le coeur dans la poésie amazighe n’est pas exclusivement le siège des sentiments amoureux. Il peut exprimer d’autres sentiments, incarner des attitudes de conduites sociales, référer à des valeurs. Le coeur certes, est le théâtre d’une passion absolue, inconditionnelle mais il est également synonyme de la dignité et du courage. Les vers suivants en sont l’illustration :

Le coeur dans ce vers n’est plus l’organe physique et biologique qui bat en nous. Il acquiert une dimension symbolique. Il reste insaisissable. L’extraction de l’organe ne met pas fin à la douleur et aux troubles de l’amoureux :

Ullah mer nessin ayenna g illa wul

Fllix aksum ad t id kkesx ad afx rraht

Si je savais où se situait le coeur

La chair, se déchirerait pour l’arracher et retrouver la quiétude

Ici le coeur est palpable dans la mesure où il est comparé par l’aède à un habit usé. Pour signifier que ce coeur est meurtri, “déchiré” au sens physique, et plus rien ne peut en recoller les morceaux:

Izellaâ wul inw ammi yerca weâban

Ur i yeâdil i wreqqaâ mec as t gix

Mon coeur, tel un habit, s’est déchiré

Point possible de le recoudre

Dans ce vers, le coeur est le siège d’un sentiment profond qui ronge l’amoureux. La passion ne se nourrit pas de choses matérielles, elle “perfore” un coeur qui ne peut guérir. Incurable, ce coeur veut signifier que l’amour ressenti est impossible, destructeur et fatal :

Unna yttamumn ar ittetca bezzaf

Ca n uâttib iwêrn as illan g wul

Qui ne cesse de manger et reste chétif

Porte en son coeur une blessure profonde

Dans ce dernier vers, le coeur est synonyme de dignité. Il incarne la valeur de l’honneur, la compréhension d’un code communautaire qui fait que l’amoureux est censé maitriser sa passion, ne jamais tomber dans la veulerie.

Adday d aderx i titt unna g illa wul

Qqad isin mas nnigh qbel ad its nsiwl

En rabaissant mon oeil, celui qui a un coeur

Saura mon désir avant que je ne lui parle.

Ainsi, dans la poésie amazighe, l’expression de l’amoureux fait du coeur son élément central. Parce qu’il est l’organe universel auquel sont associées les passions et parce qu’il renvoie à un ensemble de valeurs que l’amant ou l’amante sont censés respecter.

M. Moukhlis

*

*

Top