Amazigh articles

Enseignement à distance de l’Amazigh: «la technologie ne peut pas se substituer aux enseignants»

Enseignement à distance de l’Amazigh: «la technologie ne peut pas se substituer aux enseignants»

Entretien avec Abdeslam Khalfi, directeur du Centre de la recherche didactique et des programmes pédagogiques de l’IRCAM ropos recueillis par El Mostafa Ayach La pandémie de coronavirus a créé une situation exceptionnelle dans le monde et imposé le changement de nombre de pratiques et la mise en place de plusieurs mesures pour lutter contre la

Idir tire sa révérence

Timitar déplore la perte de l’ambassadeur de la chanson amazigh Omayma Khtib L’ambassadeur de la musique amazigh Idir s’est éteint le samedi 2 mai à Paris, a l’issue d’un long combat contre la maladie. Suite d’une fibrose pulmonaire, le chanteur est décédé à l’âge de 71ans laissant derrière lui un riche patrimoine. L’association Timitar a

La poésie amazighe est le narrateur du film «Amussu»

Entretien avec le réalisateur, Nadir Bouhmouch Propos recueillis par Mohamed Nait Youssef Après son film «Timnadin N Rif», sorti en 2017, le jeune réalisateur marocain Nadir Bouhmouch revient au devant de la scène artistique et cinématographique avec un nouveau documentaire intitulé «Amussu» (Mouvement) qui a été présenté , mercredi 4 mars, au 21e festival national

«On n’a pas donné de la chance au film amazigh d’accéder aux salles obscures»

Ahmed Baidou, réalisateur et producteur Propos recueillis par Mohamed Nait Youssef Né en 1979 à Tiznit, Ahmed Baidou, lauréat du prix de la culture amazighe «catégorie cinéma» par l’Institut Royal de la Culture Amazigh (IRCAM) en 2007,  est l’un des jeunes réalisateurs amazighs ayant enrichi la filmographie nationale des films qu’ils réalisés dont «La mémoire», «Aghrrabou»,

«Pour fuir leur «marginalisation», des scénaristes amazighs recourent à la langue de l’autre»

Mohamed Zeroual,  écrivain et critique de cinéma Propos recueillis par Mohamed Nait Youssef Malgré la reconnaissance de l’amazighe dans la nouvelle constitution de 2011, le rythme de la production du film amazigh est resté stable dans un film ou deux maximum, estime  Mohamed Zeroual,  écrivain et critique de cinéma.  Selon lui, l’officialisation et la reconnaissance

«C’est très rare que des films amazighophones bénéficient de subventions!»

M’hamed Sallou, directeur du CEAELPA à l’IRCAM Propos recueillis par Mohamed Nait Youssef M’hamed Sallou, directeur du Centre des études artistiques et des expériences littéraires et de la production audiovisuelle (CEAELPA) à l’IRCAM estime qu’il existe un seul cinéma marocain soit en langue amazighe, arabe ou en darija. Selon lui, le cinéma amazighophone est un

Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!

Il va sans dire que la roue de la production éditoriale marocaine en langue amazighe a du mal à tourner. Visiblement, les chiffres du dernier rapport annuel sur l’état de l’Edition et du Livre au Maroc au titre de l’année 2018/2019 publiés à l’occasion de la tenue du Salon international du livre et de l’édition

Top