Amazigh articles

La poésie amazighe est le narrateur du film «Amussu»

La poésie amazighe est le narrateur du film «Amussu»

Entretien avec le réalisateur, Nadir Bouhmouch Propos recueillis par Mohamed Nait Youssef Après son film «Timnadin N Rif», sorti en 2017, le jeune réalisateur marocain Nadir Bouhmouch revient au devant de la scène artistique et cinématographique avec un nouveau documentaire intitulé «Amussu» (Mouvement) qui a été présenté , mercredi 4 mars, au 21e festival national

«On n’a pas donné de la chance au film amazigh d’accéder aux salles obscures»

Ahmed Baidou, réalisateur et producteur Propos recueillis par Mohamed Nait Youssef Né en 1979 à Tiznit, Ahmed Baidou, lauréat du prix de la culture amazighe «catégorie cinéma» par l’Institut Royal de la Culture Amazigh (IRCAM) en 2007,  est l’un des jeunes réalisateurs amazighs ayant enrichi la filmographie nationale des films qu’ils réalisés dont «La mémoire», «Aghrrabou»,

«Pour fuir leur «marginalisation», des scénaristes amazighs recourent à la langue de l’autre»

Mohamed Zeroual,  écrivain et critique de cinéma Propos recueillis par Mohamed Nait Youssef Malgré la reconnaissance de l’amazighe dans la nouvelle constitution de 2011, le rythme de la production du film amazigh est resté stable dans un film ou deux maximum, estime  Mohamed Zeroual,  écrivain et critique de cinéma.  Selon lui, l’officialisation et la reconnaissance

«C’est très rare que des films amazighophones bénéficient de subventions!»

M’hamed Sallou, directeur du CEAELPA à l’IRCAM Propos recueillis par Mohamed Nait Youssef M’hamed Sallou, directeur du Centre des études artistiques et des expériences littéraires et de la production audiovisuelle (CEAELPA) à l’IRCAM estime qu’il existe un seul cinéma marocain soit en langue amazighe, arabe ou en darija. Selon lui, le cinéma amazighophone est un

Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!

Il va sans dire que la roue de la production éditoriale marocaine en langue amazighe a du mal à tourner. Visiblement, les chiffres du dernier rapport annuel sur l’état de l’Edition et du Livre au Maroc au titre de l’année 2018/2019 publiés à l’occasion de la tenue du Salon international du livre et de l’édition

La «dissolution» de l’IRCAM: Que pensent les acteurs amazighs !

Après presque 20 ans d’expérience et d’existence, l’avenir de  l’Institut Royal de la Culture Amazigh (IRCAM) est presque sur toutes les langues, surtout  avec la création du Conseil national des langues et de la culture marocaine (CNLCM). En effet, le projet de loi organique dudit Conseil qui n’a pas encore été définitivement adopté a suscité

L’année Amazigh à Agadir: Une célébration de liesse et de fierté

A l’occasion de la célébration de la nouvelle année amazighe 2970, l’association Taifoute à Aourir, commune rurale sise à la province d’Agadir Ida Outanane, a tout d’abord, tenu une conférence culturelle autour du thème : «L’amazighité, quel dessein?». Ont pris part à cette rencontre/débat, d’illustres cadres en la matière, en l’occurrence, Mohammed Akounad, Mohammed Blilid,

Top