Le PPS perd un de ces doyens

Décès de Fethi Lakhdar

A la suite du décès, vendredi à Salé, de feu camarade Fethi Lakhdar, l’un des doyens du Parti du progrès et du socialisme(PPS), le Secrétaire général du parti a présenté, au nom du Bureau politique, du Comité central et de toutes les militantes et les militants, les condoléances les plus attristées à la famille du défunt.

Tout en se recueillant sur la mémoire du défunt, le Bureau politique a rendu public un communiqué dont voici la traduction :

Le Bureau politique du Parti du progrès et du socialisme(PPS) annonce le décès vendredi 24 janvier 2020 à Salé, de l’un des doyens du parti, le militant feu camarade Fethi Lakhdar, à la suite d’une longue maladie.

La dépouille mortelle du défunt a été inhumée samedi 25 janvier 2020 au cimetière Sidi Massaoud à Rabat.

Le défunt, que Dieu l’ait en sa sainte miséricorde, occupait la fonction d’administrateur au ministère de l’agriculture jusqu’à sa retraite. Il militait sur divers fronts : il était un militant syndicaliste au secteur de l’agriculture, affilié à l’Union marocaine du travail (UMT), membre du comité central du PPS et membre de la direction locale, provinciale et régionale du parti à rabat.

Auparavant il avait milité au sein du parti de la libération et du socialisme(PLS).

Il était aussi l’un des membres fondateurs de l’association «Al Maârifa» (La connaissance) pour la lutte contre l’analphabétisme au début des années 70, Il en était devenu président.

En cette douloureuse circonstance, le Secrétaire général du PPS présente, au nom du Bureau politique et du Comité central, les condoléances les plus attristées aux membres de la petite famille du défunt, à son épouse l’honorable Rabha Kada et à ses filles Dr Yasmina et Dr Loubna, à ses deux fils Dr Fouad et Dr Hicham ainsi qu’à ses sœurs et frères, à ses proches et familles alliées ainsi qu’aux autres membres de son honorable famille à Berkane dont il est natif, à Salé et à Rabat. Que Dieu l’ait en sa sainte miséricorde.

«Nous sommes à Dieu et à lui nous retournons».

*

*

Top