Le vaccin pose un lapin !

Le vaccin met beaucoup de temps à montrer le bout du nez. On l’annonçait au début du mois écoulé, mais, jusqu’à présent, rien ne se profile à l’horizon. On ne pipe mot à ce propos, du côté des pouvoirs publics, bien que les préparatifs de réception du produit immunitaire touchent à leur fin. On se vantait d’être parmi les tout premiers pays à se faire vacciner, bien avant les plus huppés en soins sanitaires.

Cependant, au fil des jours, le département de tutelle avale sa langue et, sur les déclarations médiatiques, il se contente de tergiverser. L’expectative est de mise, depuis un bon bout de temps, sans que l’exécutif ne filtre la moindre information. On préfère verser dans le mutisme absolu, au lieu de dévoiler toute la vérité aux citoyens perplexes.

Si au moins, on disait quelque part où l’opération aurait calé à fortiori, même si, croit-on savoir, la cargaison de cette denrée rare, serait arrivée en provenance de Chine. On attendra un communiqué officiel de l’autorité sanitaire à cet effet pour mettre fin à la désinformation et lever toute équivoque. En fait, ce n’est nullement la première fois que le gouvernement pèche par cette absence de communication chronique dont il fait montre, au moment où le besoin de se faire informer se fait vivement ressentir.

On a beau avancer des explications à ce subit contretemps qui se fait longuement tarder, il s’avère que ce discours ne passe plus. D’autant plus que ce ne sont pas les antécédents désobligeants et agaçants qui vont contredire ce qui se produit dans le présent désagrément. Il est tout à fait évident que la campagne nationale de vaccination va prendre encore quelque temps à avoir lieu, en raison de ce retard dont les motifs demeurent toujours inconnus de l’opinion publique.

Chose qui influerait sur l’agenda de la stratégie conçue au préalable, compte tenu de l’état d’avancement de la crise pandémique et ses effets directs sur la société et l’économie de la Nation. Certes, on aura relevé, non sans jubilation, une nette décrépitude de la virulence du Coronavirus, en cette phase de déclin probable.

Cependant, les mesures préventives sont constamment prévues dans la vie courante des masses, même en cas de mise en activité du processus de vaccination. Celle-ci prendrait encore des mois à s’établir et avoir effet sur les populations. En attendant, l’Etat se trouve dans l’obligation de redoubler d’effort en vue de contenir davantage cette épidémie et de subvenir aux attentes insistantes d’une large couche sociale démunie, notamment en ces moments cruciaux du froid glacial.

On en a encore pour de longs  mois de souffrances des ménages en situation de précarité extrême, durant cette année exceptionnelle qui verra en effet, la mise en marche du nouveau modèle de développement dont les teneurs sont finalisées par la commission spéciale ad hoc et, ensuite le déroulement marathonien de l’échéancier des prochaines élections. Toutes ces épreuves fort laborieuses se seraient, tout de même, déroulées sur  filigrane plutôt réjouissante, de par les avancées notoires de la cause nationale qui, sans nul doute, enchaîneront par d’autres encore plus enchanteurs.

Comment notre pays pourrait-il s’en sortir ? On verra bien dans les jours qui viennent, mais ne dit-on pas qu’on est une Nation d’exception.

*

*

Top