Maroc Telecom: Quid de la cession de l’Etat de 8% de sa participation

Maroc Telecom a annoncé vendredi que le gouvernement allait céder sa part de sa participation dans la société. Quel objectif pour cette cession historique?

En effet, le plus grand opérateur de télécommunications au Maroc a annoncé dans un communiqué avoir reçu un courrier de la part du ministère de l’Economie et des Finances, l’informant de l’intention de l’Etat de céder dans les semaines à venir une part maximale de 8% du capital et des droits de vote de Maroc Télécom à travers des cessions de blocs d’actions et d’une offre publique de vente sur le marché boursier marocain. Cette opération rentre certainement dans le cadre de la stratégie du gouvernement visant à relancer des privatisations pour un montant objectif de 10 milliards de DH.  Ainsi, le Trésor pourra gérer sans pression, la privatisation de La Mamounia et de Tahaddart.

Par ailleurs, La cession du Royaume d’une part maximale de 8% du capital de Maroc Télécom,  à travers des cessions de blocs d’actions et d’une offre publique de vente  devrait permettre de sauver l’Etat de difficultés financières en fournissant des fonds pour faire face à la dette publique estimée à 68% du PIB.

Société anonyme indépendante appartenant à 100 % à l’État marocain à sa création en 1999, Maroc Télécom a été partiellement privatisée à partir de 2001 pour devenir filiale du groupe français Vivendi. En 2013, des négociations ont eu lieu entre Vivendi et l’opérateur Emirati Etisalat pour la vente à ce dernier de sa participation. Cette vente s’est concrétisée en mai 2014. Depuis, Etisalat détient 53% du capital, l’Etat marocain accapare une part de 30%. Le reliquat est dans le giron de divers actionnaires.

Au niveau de la Bourse, la baisse mécanique du cours de Maroc Telecom est logique vu l’arbitrage potentiel de la part des institutionnels surtout que le titre est présent dans tous les portefeuilles. Toutefois, à moyen terme, une telle cession est positive car elle permet de démarcher des investisseurs étrangers et d’améliorer la liquidité de la plus grande capitalisation boursière.

Pour rappel, le groupe a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires consolidé de 36,03 milliards de DH, en hausse de 3,1% par rapport à 2017.

Kaoutar Khennach

Related posts

*

*

Top