Ouverture du 25è Festival de Fès des musiques sacrées du monde

Sous la présidence de SAR la Princesse Lalla Hasnaa

Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa a présidé, vendredi à Fès, la cérémonie d’ouverture du 25è festival de Fès des musiques sacrées du monde, organisé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, autour de la thématique «Fès, à la confluence des cultures».

A son arrivée sur la place historique «Bab Al Makina», SAR la Princesse Lalla Hasnaa a été saluée par le ministre de la Culture et de la communication, Mohamed Laaraj, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb et le wali de la région Fès-Meknès.

Par la suite, SAR la Princesse Lalla Hasnaa a suivi le concert inaugural, une création originale intitulée «Fès, mémoire du futur», qui reflète la dimension sacrée et spirituelle de la médina de Fès, tout en valorisant les traditions authentiques du Maroc et de ses liens avec plusieurs pays du monde.

De nombreux artistes marocains, portant l’héritage arabe, andalou, amazigh et juif, ont mis en valeur la diversité culturelle qu’incarne l’enchevêtrement des ruelles de la médina, représentation symbolique d’une géographie de l’esprit et du voyage. Des chants du Sénégal, honorant la confrérie Tijanniya, sont venus rappeler à cet autre trait de l’identité de Fès, africaine.

Les concepteurs de cette œuvre ont voulu mettre en lumière le rayonnement de la Cité qui est au cours du temps nourri et représenté par des pèlerins et illustres voyageurs nomades. Sur leurs traces, la création a visité les confréries soufies du Sénégal ainsi que la ville sainte d’Al-Qods où s’établirent un grand nombre de soufis fassis et où se rendit le célèbre médecin et philosophe Rabbi Moshé Ben Maimon, connu sous le pseudonyme de Maïmonide, né le 30 mars 1135, à Cordoue, sur les rives du Guadalquivir.

Des artistes persans, arméniens, tunisiens, palestiniens ou encore du Sultanat d’Oman ont illustré le rayonnement d’une culture islamique et savante dont Fès fut l’un des principaux berceaux, notamment à travers la notoriété de son université Al Quaraouiyine.

Conçue et mise en scène par le directeur artistique du festival, Alain Weber, cette nouvelle scénographie a fait pénétrer l’assistance au cœur des ruelles d’une médina, dont la mémoire peut être la source d’un futur créatif, spirituel et épanoui.

La configuration particulière du site de Bab Al Makina a permis d’exploiter astucieusement la technique du «mapping» et de la mise en scène. Au-delà des remparts gigantesques, chaque séquence musicale a été portée par des images féeriques, sans pour autant corrompre l’essence même de ces traditions. En vue de mieux intégrer l’auditoire dans ces univers folkloriques, un comédien décrit brièvement les genèses et les péripéties de chaque segment sans succomber à une forme théâtrale trop poussée, et laisse ainsi l’histoire se raconter d’elle-même.

Au terme de cette soirée, SAR la Princesse Lalla Hasnaa a été saluée par des membres de la création artistique de l’ouverture.

*

*

Top