La rééducation fonctionnelle: Une discipline peu connue

La médecine physique et de réadaptation, aussi appelée rééducation ou réadaptation fonctionnelle, est la spécialité qui consiste à assurer la prise en charge des personnes atteintes d’un handicap ou d’une incapacité physique, dans le but d’en minimiser les conséquences physiques, psychologiques et socio-économiques.

Jouant un rôle primordial en cas d’handicap, cette spécialité s’adresse aux patients de tout âges, sportifs ou non. Elle est à l’interface de l’orthopédie, de la rhumatologie et de la neurologie.

D’une part, l’objectif est d’améliorer la qualité de vie et l’autonomie des personnes vivant avec un handicap, quel qu’il soit. Et d’autre part, en post opératoire, elle permet la récupération d’une amplitude articulaire satisfaisante, d’un déficit musculaire ainsi que la lutte contre la douleur.

Elle fait appel à une équipe pluridisciplinaire coordonnée par des médecins, des kinésithérapeutes (ou physiothérapeutes), des ergothérapeutes, des orthophonistes, des infirmiers et des aides-soignants.

Après une maladie ou une intervention chirurgicale, après un accident ou un traumatisme en cas de maladie (chronique ou non) associée à des handicaps physiques et congénitaux, la rééducation fonctionnelle est fortement recommandée en amont et en aval de traitement de plusieurs spécialités :

En neurologie :

  • accident vasculaire cérébral
  • traumatisme crânien
  • paralysie cérébrale
  • pathologies neuromusculaires et neuro-dégénératives (sclérose en plaques, SPA, Parkinson,…)
  • hémiplégie ou paraplégie
  • plusieurs troubles(langage, déglutition, spasticité,…)

En traumatologie :

  • lombalgies chroniques, fractures et toutes autres douleurs chroniques
  • Amputations (besoin de prothèses ou d’appareillages)
  • suivi du sportif après blessure

En rhumatologie :

  • maladies rhumatismales (sciatique, dorsalgie,…)

En gynécologie

  • rééducation pré et post partum
  • rééducation périnéale

En pédiatrie :

  • kinésithérapie respiratoire
  • rééducation des enfants IMC (Infirmité Motrice Cérébrale).

Que fait le kinésithérapeute?

Le kinésithérapeute réalise des actes de façon manuelle ou par l’intermédiaire de matériels ou d’appareils ; actes de kinésithérapie et de rééducation (mobilisation active ou passive, gymnastique orthopédique, renforcement musculaire, rééducation proprioceptive, etc), actes d’électro-physiothérapie, actes de massage (massage classique, drainage lymphatique manuelle, etc). Mais encore des bilans et des diagnostics dans les limites de ses compétences.

Après avoir interrogé le patient sur les gênes et les déficits qui l’affectent et évaluer les déficiences fonctionnelles, plusieurs examens complémentaires peuvent être effectués, notamment à l’aide de techniques d’enregistrement des mouvements ou de techniques d’imagerie.

Une fois le bilan effectué, le médecin propose la prise en charge la plus adaptée. Cette dernière peut s’étaler sur plusieurs semaines et peut combiner des séances de kinésithérapie et d’ergothérapie ainsi que la confection de petit appareillage ou d’orthèses.

En complément de prescription médicamenteuse anti-inflammatoire, plusieurs traitements viennent compléter le soin du patient. En effet, selon son état, la rééducation peut s’effectuer au cours d’une hospitalisation brève ou prolongée, ou en ambulatoire. La fréquence des séances sera déterminée en fonction de l’état et de la pathologie du patient.Ce dernier doit commencer le plus tôt possible les séances de rééducation prescrites par son médecin traitant auprès du kinésithérapeute.

Les patients tirent un bénéfice certain de la rééducation fonctionnelle dans la majorité des cas. Le retard de traitement et le manque d’assiduité aux séances de kinésithérapie constituent des facteurs de mauvais pronostic indépendamment du type de la pathologie et peuvent engendrer des complications majeures.

Walid NAJIB

(kinésithérapeute, physiothérapeute)

Related posts

*

*

Top