Saham Santé fait marche arrière

Le groupe de Moulay Hafid Elalamy a vraisemblablement décidé de quitter le secteur de la santé en 2018. En effet, SAHAM vient de mandater un conseiller financier étranger afin de céder son activité dans le secteur de la santé au Maroc.

L’annonce du retrait  de SAHAM du secteur de la santé avait déjà été démentie il y a quelques mois. La rumeur justifiait ce pas en arrière par « le refus des médecins de pratiquer dans les établissements relevant du holding, préférant leurs propres cliniques et cabinets ».

L’activité du holding de MHE avait soulevé un tollé dans le corps médical il y a 3 ans de cela. Le ministre de l’Industrie avait été accusé de bénéficier d’avantages politiques, ce qui mettait le groupe dans une situation de conflit d’intérêt en raison de son appartenance aux secteurs de l’assurance, la pharma et les cliniques. Le message avait été porté au médecin personnel du roi.

Saham santé a récemment inauguré son hôpital privé à Marrakech (HPM). Il a également rebrandé ses autres établissements. « La filiale se porte bien et atteint le niveau de maturité nécessaire pour trouver un repreneur », affirme un professionnel du secteur. Le pôle santé du groupe Saham a développé le réseau Evya qui regroupe actuellement la clinique Ghandi, la clinique Yasmine, la clinique d’oncologie à Tanger et l’hôpital privé de Marrakech. Ce réseau est donc développé par Meden Healthcare, pôle santé du groupe Saham.

Selon le groupe, le plus du réseau de cliniques Evya, est la possibilité d’avoir une idée du prix des prestations sans même sortir de chez soi. Sur les sites internet des cliniques de Tanger et de Ghandi à Casablanca, on peut établir son devis détaillé soi-même, comportant les prix de base et d’éventuels suppléments (au cas où l’on souhaiterait séjourner dans une suite, par exemple).

Avant l’inauguration de l’hôpital à Marrakech, les ambitions du groupe de Moulay Hafid Elalamy ne se sont manifestées qu’à travers le rachat – en prise de contrôle totale ou partielle – d’établissements de soins privés déjà opérationnels.

 En 2015, ce dernier s’est retrouvé avec plusieurs structures dans son giron en Côte d’Ivoire. Très vite, il restructure entre autre, le groupe de cliniques ivoirien HMAO qui compte en Côte d’Ivoire six cliniques et  une clinique dentaire et un laboratoire, Il cède ses parts au capital-investisseur Amethis ainsi qu’à l’équipe de direction du groupe HMAO. Objectif : afin de se concentrer sur le développement de son pôle santé en Afrique du Nord.

Ceci dit récemment, le groupe Saham, actionnaire de Saham Assurance, vient de créer 5 filiales dont l’objet social est clairement l’exploitation de cliniques.

En ce qui concerne le secteur au Maroc, «parmi les 400 cliniques qui opèrent au Maroc, il en existe seulement 50 à 60 lucratives. Les autres ne sont que des outils de travail pour les médecins.  Pour être rentable, une clinique doit afficher un taux de remplissage situé entre 60% et 70%. Ce qui n’est pas gagné d’avance du fait de la faiblesse, malgré l’Assurance maladie obligatoire (AMO), de la couverture médicale de la population », avait déclaré en octobre dernier, Mohammed Benaguida, président de l’Association nationale des cliniques privées (ANCP).

S. Douieb

Top