SAR la Princesse Lalla Hasnaa invitée d’honneur du 9e Congrès mondial de l’éducation à l’environnement

SAR la Princesse Lalla Hasnaa, Présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, a pris part, samedi à Vancouver, en tant qu’invitée d’honneur, à la cérémonie d’ouverture de la 9ème édition du Congrès mondial de l’éducation à l’environnement (WEEC 2017), qui se tient jusqu’au 15 septembre sous le thème : « Culture et environnement : Tisser de nouveaux liens ».

A son arrivée au Centre des Conférences de Vancouver, SAR la Princesse Lalla Hasnaa a été saluée par M. Mohamed Hassad, ministre de l’Education nationale, de la Formation Professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mme Nezha El Ouafi, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Energie, des mines et du développement durable, chargée du développement durable, M. Abdollah Lkahya, le Chargé d’affaires près l’ambassade du Royaume du Maroc au Canada, Dr. David Zandvliet, directeur de l’institut pour l’apprentissage de l’environnement à l’université Simon Fraser à Vancouver, et M. Mario Salomone, secrétaire général du Réseau WEEC, basé en Italie.

Par la suite, Son Altesse Royale a eu des entretiens avec l’Honorable Judith Guichon, Lieutenant-Gouverneur de la Colombie Britannique, Représentante de la Reine d’Angleterre, portant notamment sur l’impact des changements climatiques sur la planète et les moyens et actions à mener pour y faire face.

Par la suite, SAR la Princesse Lalla Hasnaa a été saluée par Milt McClaren, professeur émérite à la Faculté d’éducation de l’Université Simon Fraser et modérateur de la plénière d’ouverture, Elliott Harris, Secrétaire général adjoint et Chef du Bureau de New York du PNUE, Julia Heiss, Responsable du programme « Education pour le développement durable » à l’UNESCO, Ekaterine Grigalava, Vice-ministre de l’Environnement et de la Protection des Ressources Naturelles en Géorgie, Tamar Aladashvili, du ministère de l’environnement et de la protection des ressources naturelles en Géorgie, et Charles Hopkins, de la Chaire UNESCO sur la réorientation de la formation des enseignants pour répondre à la durabilité.

Ces éminentes personnalités vont animer, tout au long de ce congrès mondial, les travaux.

Par la suite, Son Altesse Royale et l’honorable Judith Guichon, accompagnées de M. Salomone, se sont rendues à la salle des conférences pour prendre part à la cérémonie officielle d’ouverture du 9ème WEEC.

A cette occasion, un grand accueil a été réservé par les congressistes à SAR la Princesse Lalla Hasnaa et à l’honorable Judith Guichon.

Son Altesse Royale a ensuite participé à la commémoration des First (Premières) Nations (Réconciliation avec les habitants autochtones du territoire), au cours de laquelle la parole a été donnée à un ancien habitant, qui a souhaité la bienvenue à SAR la Princesse Lalla Hasnaa et à l’honorable Judith Guichon, tout en soulignant notamment l’importance de cet événement pour tisser les coeurs, les esprits et les cerveaux malgré la diversité et les différences pour réfléchir ensemble à l’avenir de la planète et aux moyens d’assurer un meilleur développement durable à travers la protection de l’environnement.

Ensuite, l’honorable Judith Guichon a prononcé une allocution dans laquelle elle a mis en relief l’importance de la thématique du congrès et de la définition d’une vision inclusive pour assurer un meilleur avenir pour l’humanité, basé sur une économie verte et à zéro émissions de carbone, tout en relevant la nécessité du changement des comportements en vue de relever le défi des dérèglements climatiques, à travers la recherche de solutions capables d’assurer l’adaptation et la résilience face au réchauffement climatique.

Dans ce sens, Mme Guichon a souligné l’importance de la sensibilisation et de l’éducation à l’environnement dès le jeune âge afin que les futures générations assurent elles-mêmes leur avenir et celui de leur planète, en misant notamment sur la protection de la biodiversité, des forêts, la promotion des énergies renouvelables et de l’agriculture verte.

Par la suite, SAR la Princesse Lalla Hasnaa, Présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, et invitée d’honneur du Congrès, a prononcé un discours dans lequel Son Altesse Royale a rappelé l’engagement actif et irréversible pour l’Environnement du Maroc, hôte de la COP22 à Marrakech, et son soutien aux pays les plus vulnérables au réchauffement climatique, notamment l’Afrique et les pays petits insulaires. « Mon pays, le Maroc, terre millénaire de coexistence et de dialogue, reste engagé, à l’avant-garde d’une telle démarche de solidarité internationale », a déclaré Son Altesse Royale.

Le Maroc a promulgué une charte pour l’Environnement déclinée en une stratégie nationale de Développement Durable à l’horizon 2030, outil de convergence des politiques publiques et de transition vers une économie verte, solidaire et inclusive.

C’est dans le cadre de cette stratégie que la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement s’insère depuis 2001, avec ses programmes pilotes de propreté des plages, de qualité de l’air, de réhabilitation de jardins historiques, etc. qui permettent un inlassable travail d’éducation au Développement Durable et de diffusion d’une culture de l’Environnement, particulièrement auprès des plus jeunes.

Le succès de ces programmes qui mêlent action concrète et sensibilisation, repose sur la mobilisation et le travail en commun, sous la coordination décisive de la Fondation, de partenaires venus d’horizons les plus divers : administrations, entreprises, associations, universités…

SAR la Princesse Lalla Hasnaa a mis l’accent dans son discours sur l’objectif des programmes de la Fondation, qui est de contribuer à « apprendre ou réapprendre les gestes essentiels pour économiser les ressources, préserver la nature, protéger la biodiversité, ou encore développer la solidarité » et une culture de l’environnement. Elle rejoint en ce sens le thème de la 9ème édition du WEEC.

La cérémonie d’ouverture du WEEC 2017 a été notamment ponctuée par des mots d’introduction de Dr. David Zandvliet et de M. Mario Salomone, organisateurs du Congrès, dans lesquels ils ont insisté sur l’importance de l’éducation à l’environnement à partir de l’école pour bâtir une société meilleure sur le plan écologique.

Ils ont aussi relevé l’impact des changements climatiques sur la vie des gens, d’où l’impératif d’adopter des politiques intégrées où les citoyens sont eux-mêmes des acteurs de changement, tout en mettant l’accent sur la collaboration entre les différents intervenants et le rôle qu’ils doivent jouer pour promouvoir les principes des valeurs écologiques et assurer un meilleur équilibre entre croissance économique et protection de l’environnement.

Ils ont, en outre, plaidé pour une réflexion commune au cours de ce congrès en vue de définir des solutions concrètes pour une meilleure gestion des écosystèmes et une préservation de l’environnement dans les quatre coins de la planète.

La séance d’ouverture a été aussi marquée par un message vidéo adressé par la directrice générale de l’UNESCO, Mme Irina Bokova, aux participants et dans lequel elle a fait essentiellement valoir l’importance de la thématique qui sera traitée au cours de cette manifestation planétaire, afin d’aboutir à des solutions en vue de relever les défis environnementaux et les enjeux de développement durable auxquels sont confrontées les sociétés d’aujourd’hui et ce, pour mieux répondre à l’impact grandissant du changement climatique.

Cette cérémonie d’ouverture a aussi été marquée par la projection d’un documentaire à l’occasion du 40ème anniversaire de la Conférence de Tbilissi (1977), suivie par des interventions de MM. Milt McClaren et Elliott Harris, Mmes Julia Heiss et Ekaterine Grigalava, et MM. Tamar Aladashvili et Charles Hopkins qui ont partagé l’expérience de la Géorgie et leurs réflexions en matière d’éducation environnementale et son importance pour la préservation de l’environnement.

Organisé par l’Institut pour l’apprentissage de l’environnement en Colombie Britannique, en collaboration avec le Secrétariat permanent du WEEC, le WEEC 2017 se veut une conférence de mobilisation culturelle et environnementale, puisque le thème choisi pour cette édition met l’accent sur la nature multidisciplinaire de l’éducation à l’environnement et sur le développement d’une vision où la Culture et l’Environnement peuvent être inséparables et mutuellement génératifs et possiblement se soutenir l’un l’autre.

Dans ce sens, un changement de culture est aussi, selon le comité organisateur, une condition, voire une exigence nécessaire à la reconstruction et à la réinvention des relations avec la nature et pour s’assurer un mode de vie durable.

Figurent à l’ordre du jour du WEEC 2017 une série de panels, ateliers, tables rondes, présentations, séances plénières et sessions interactives, au cours desquels les congressistes vont débattre de plusieurs thématiques, notamment « Education à la petite enfance et éducation à l’environnement », « Approches éducatives axées sur le lieu et apprentissage en plein air », « Architecture verte et design écologique », « Approches fondées sur les arts en éducation à l’environnement », « Diversité mondiale et culturelle en éducation à l’environnement », « Ecosystèmes urbains » et « Politique mondiale et éducation à l’environnement ».

(MAP)

Top