Sommes-nous tous dans la même situation?

Pour inciter au respect des mesures de précaution requises en ces temps d’épidémie, une affiche placardée sur les murs d’un magasin mentionne en gros caractères: «Nous sommes tous dans la même situation». Un simple slogan d’usage ou une réalité vécue?

Certes, face à la pandémie de la covid-19, l’espèce humaine se trouve devant une situation d’urgence sanitaire générale. Si le virus n’a laissé personne de côté, les dysfonctionnements résultant des disparités territoriales et des inégalités sociales font que la situation ne peut être la même pour toute la population.

Au-delà de l’identité propre de chaque personne humaine, sa condition est déterminée par un nombre de facteurs que les bases de données sont entrain de recenser à toutes fins utiles. Notre instinct, nos défauts et nos qualités, nos passions et nos désirs, notre sincérité d’être vraiment nous-mêmes ne sont pas identiques à ceux de nos semblables.

L’appartenance à une société oblige à une personnalité qui interagit avec les autres selon les lois de «la condition humaine» qui lui sont imposées. Le partage pousse à l’amélioration du sort des humains en faisant promouvoir le meilleur, inné ou acquis, qui se trouve en soi. Ce comportement, résultat cérébral et interactif d’humeurs et d’hormones, amène à la politique, art de gérer les affaires courantes.

Avec le temps, le développement de la conscience et des luttes, la constitution mentionne que le Royaume du Maroc «… développe une société solidaire où tous jouissent de la sécurité, de la liberté, de l’égalité des chances, du respect de leur dignité et de la justice sociale, dans le cadre de la corrélation entre les droits et les devoirs de la citoyenneté».

C’est dans cet esprit que les partis politiques présenteront leurs programmes électoraux en vue des échéances prochaines. L’attente est plus importante pour distinguer leur degré de conformité avec le projet du «nouveau modèle de développement» encore dans le secret de la commission ad hoc, depuis l’appel royal, il y a trois années et demi de cela. La concordance des objectifs et des moyens pour ce faire donnera de la crédibilité à l’ensemble et fera croire à la sincérité des acteurs du champ politique national.

Car, si le discours est nécessaire pour lever les enthousiasmes et exalter les esprits, il reste l’aune de la réalité pour mesurer la crédibilité de ces volontés exprimées dans un contexte marqué par la crise, l’adversité et la revendication. Une crise sanitaire dont les conséquences économiques et sociales sont encore à découvrir et à corriger.

L’adversité du voisin algérien qui ne cesse de fomenter des attaques contre l’intégrité territoriale du royaume et sa stabilité. La revendication légitime de la population dont les aspirations et les attentes n’ont pas été accomplies pour jouir «de la sécurité, de la liberté, de l’égalité des chances, du respect de leur dignité et de la justice sociale», malgré les sacrifices consentis.

Dans un pays où les changements se font voir; le seul discours, itératif dans sa structure et par sa portée, ne peut nourrir son homme, et encore moins lui donner la possibilité de rêver à un lendemain meilleur. Le renouveau politique tarde à venir et les membres de l’élégerocratie changent de place, d’un parti à l’autre, sans répondre aux forts en gueules qui ne cessent de battre le pavé au risque de subir un croc en jambes et une raclée.

Cette réduction du politique par «prendre les mêmes et recommencer» s’ajoute aux dénigrements de l’action politique menée depuis un certain temps et ne peut aboutir qu’au décrochement entre la population et des partis politiques, nécessaires mais combien malmenés.

Cela dit, notre peuple restera mobilisé entièrement pour répondre à l’adversité du voisin algérien «quoi qu’il en coûte» comme disait l’autre.  Il veillera aussi à ce que le processus démocratique, malgré son cours méandriforme, continue de se réaliser pour permettre «la sécurité, la liberté, l’égalité des chances, le respect de la dignité et de la justice sociale», quoi qu’il advienne. Et chacun de par sa situation y contribuera…

Related posts

*

*

Top