«The Crazies» de Breck Eisner: un remake sympa!

Mohamed Nait Youssef

Le cinéma est un lieu de l’incarnation des métamorphoses et transformations des sociétés. Il est également un univers où les cinéastes, les réalisateurs apportent leur touche à la fois réaliste et fictive aux histoires interprétées par les acteurs.

En effet, de nombreux créateurs et créatrices ont fait des virus et  épidémies motels un point de départ pour broder des trames impressionnantes et réaliser des œuvres cinématographiques dramatiques, romantiques où le suspens, l’aventure et les rebondissements priment.

Ainsi, «The Crazies» de Breck Eisner, sorti en juin 2010, en fait partie. Ce film d’horreur de deux heures environ nous prolonge dans les dédales d’un univers cinématographique, chaotique, étrange et mystérieux. Dans cet opus, la folie, il faut le rappeler, est un personnage principal voire primordial. Car son histoire nous amène à la petite ville tranquille de Middle-West où ses habitants menaient une vie simple, normale et paisible. Soudain, un virus mystérieux s’en prend affreusement aux gens en les rendant fous, agressifs et dangereux.

Alors, personne n’est à l’abri face à ce nouvel ennemi qui vient de débarquer dans chaque endroit de la ville. En revanche, les événements s’accélèrent et le  virus se propage à grande vitesse dans les foyers. Où tourner la tête ? Où fuir ? Entre temps, un shérif venant de nulle part a décidé de sauver des personnes non contaminées par le virus en attendant les renforts. Quelques jours plus tard, l’armée intervient pour mettre toute la ville en quarantaine interdisant à chaque personne de quitter les lieux. Entre temps, les soldats ont mis la main sur tous les secteurs dynamiques  en menaçant de tuer ceux qui veulent fuir ou critiquer la situation.

Face à cet emprisonnement, les survivants de cette petite ville au cœur de l’Amérique profonde essaient de s’échapper d’abord à la folie meurtrière et à l’armée en suite.  Le casting du film est convaincant notamment avec la brillante actrice polyvalente Radha Mitchell qui a incarné avec brio et beaucoup de professionnalisme un rôle difficile et complexe sans oublier la prestation du généreux et charismatique acteur, Timothy Olyphant.

Les seconds rôles notamment ceux qui sont joués par Joe Anderson et Danielle Panabaker ont donné une force à ce  film remake  et à son scénario ayant suivi une trame classique afin de présenter aux cinéphiles un spectacle qui tient la route. Le rythme et le suspens sont là… et la mise en scène révèle une grande maîtrise du sujet, de l’histoire qui est montrée avec de belles photographies et images.

*

*

Top