Un déficit abyssal en donneurs de sang

Cri de détresse

Malgré tous les appels, les stocks sanguins de la région Casablanca-Settat ne suffisent toujours pas à combler l’énorme déficit qui ne cesse de s’aggraver. Cela met la région face à une situation inquiétante.

Le Maroc déclare l’état d’urgence du don de sang. Cet énorme manque menace la vie et la sécurité sanitaire des citoyens, notamment les patients atteints de leucémie, d’anémie aplasique, de cardiopathie ou des accidents de la route, sans parler des autres pathologies lourdes.

Cependant, la crainte des populations d’être contaminées par le nouveau coronavirus covid-19, provoque, sans raison, un recul du bénévolat chez les donneurs de sang. Pourtant les centres de transfusion sanguine rassurent qu’ils disposent de tous les moyens nécessaires pour garantir la sécurité des donateurs et du don.

Le centre national de transfusion sanguine stipule que plus de 400 dons à la région Casablanca-Settat sont recommandés quotidiennement, afin d’assurer un stock minimum de sécurité qui sert à couvrir 7 jours du besoin sanguin.

Dans une déclaration au journal « Al Bayane », la directrice du centre national de transfusion sanguine à Casablanca, Amal Darid a indiqué que l’état actuel du don de sang est désormais perturbant, «La culture de don de sang est encore loin de la population, cela est principalement du au manque de la communication et de la sensibilisation en direction de la nouvelle génération, notamment dans un Maroc considéré, religieux et généreux».

L’organisation mondiale de la santé estime que «si au moins 1% de la population fait don de son sang, c’est généralement suffisant pour répondre aux besoins essentiels d’un pays en sang sécurisé». Cependant, la directrice de centre déclare qu’au Maroc, la population de donneurs est limitée à 0,96%. «Si on arrive à atteindre l’indice de l’OMS, on peut satisfaire toutes les demandes» affirme-t-elle.

En revanche, le Maroc est dans l’impossibilité de construire une réserve de sang au niveau national. La directrice du CTS révèle que le centre fait sortir au quotidien 600 poches de sang. Pourtant, il ne reçoit au grand maximum que 150 à 200 donneurs par jour, notamment avec la situation pandémique.

Dans le même ordre d’idées, Docteur Amal Darid explique que la crise de pénurie de sang touche tous les groupes sanguins, et en particulier les groupes négatifs comme O. «Lors d’une urgence de délivrance, le temps de chercher le vrai groupage, qui est de 20 minutes à 45 minutes. On donne automatiquement le donneur universel : O, d’abord pour sauver la vie le temps de chercher le vrai groupage et donner le sang homologue», souligne-t-elle.

Elle informe également que le don de sang est à la limite pour des personnes âgées entre 18 et 65ans, selon des conditions. Néanmoins, les personnes âgées de 17ans qui pèsent au-delà de 50kg et même les personnes âgées de 68ans peuvent y contribuer, à condition qu’elles soient en bonne santé.

Le don de sang permet non seulement de sauver des vies, mais aussi de conserver la santé du donneur en bon état. Il permet au sang de ne pas se coaguler et réduit le risque de développer certains types de cancer. Pour toutes ces raisons, le parti du progrès et du socialisme organise le 17 octobre 2020 à son siège national une campagne de don du sang. A cet effet, un numéro de téléphone a été communiqué à l’équipe d’Al Bayane «05 37 54 09 99» afin que les donneurs puissent confirmer leur participation à cette campagne humanitaire, au plus tard le 14 octobre 2020 à minuit.

Lankaoui Aya

Étiquettes , ,

Related posts

*

*

Top