Concilier dépollution et développement

La charte nationale de l’environnement qui rallie cette dynamique universelle dans cette optique vitale retient en haleine toutes les constituantes de la société marocaine, à la lumière des premiers jalons jetés à la concertation et l’action citoyenne, consciencieuse  et responsable.

La promulgation  de la loi de préservation de l’environnement en est pareillement une illustration claire et forte de ce volontarisme affiché dans les sphères décisionnelles des institutions suprêmes de l’Etat. Un autre projet de loi, cette fois, relatif à la protection de l’espèce séculaire emblématique et mythique qu’est l’arbre de l’arganier,  constitue également une volonté avérée d’entourer ce spécimen fabuleux de toutes les conditions de subsistance et de régénération.

Paradoxalement à toutes ces mesures de haut degré de maturité et de civisme, les atteintes à l’essence même de la flore nationale ne cessent malheureusement d’hypothéquer cet effort magistral et constant et de crucifier cette biodiversité environnementale de haute facture. Emportés par ces errements aveugles, des promoteurs immobiliers, dans un souci d’urbaniser à outrance, abattent sans relâche, des milliers d’arganiers pour ériger des séries de bâtiments, suscitant du désarroi dans les milieux écologiques, notamment les adeptes de cet arbre classé, au côté du palmier-dattier comme une réserve de biosphère par la communauté planétaire.

Des dizaines d’hectares d’arganiers sont impitoyablement arrachés pour monter la nouvelle fabrique des ciments du Maroc, à proximité de la commune rurale d’Imi M’korne, relevant de la province de Chtouka Ait Baha, à titre indicatif, sans qu’on ne s’y interpose, malgré les réactions énergétiques de la société civile qui s’était vainement époumonée à tue-tête pour contrecarrer ce génocide macabre. De même, on déplorera le carnage qu’avaient subi les dunes de la baie d’Agadir dans le but de planter, en lieu et place, des complexes hôteliers haute de gamme, pieds dans l’eau, aux dépens de ces merveilles dunaires qui scellaient, à l’époque, une splendeur écologique hors pair.

Certes, on n’est nullement pas sans convenir que, pour des fins à utilité générale, la voie express Agadir/Taroudant, via l’aéroport Al Massira, avait exterminé des superficies non négligeables d’arganiers du côté de la forêt d’Admim meublant la commune rurale d’Ouald Dahou. Dans ce sens , on ne pourrait pas ne pas tolérer, non sans amertume d’ailleurs, pour les mêmes raisons utilitaires, l’extraction de milliers d’arganiers du côté de la commune rurale d’Ameskroud, relevant de la préfecture d’Agadir Ida Outanane, pour édifier, dans ce tronçon délicat, le premier bout de l’autoroute salvatrice.

Agadir/Marrakech dont les retombées bienfaitrices ne sont plus à démontrer. Nonobstant, il va sans dire non plus que l’anéantissement de l’arganier est un phénomène qui prend de plus en plus de l’ampleur, malgré les avancées notoires qu’enregistre notre pays en terme de sauvegarde de cet arbre multifonctions, avec l’intervention louable des partenaires étrangers, en particulier l’organisme américain l’USAID et la fondation germanique la GTZ qui ont mis en place des mécanismes et des dispositifs performants, en compagnie des ONG locales, fédérées et agissantes.

On se souviendrait comment ces associations, accompagnées d’une mobilisation médiatique revigorée, se sont parvenues à dissuader les responsables de l’ONE, lorsqu’ils avaient mis sur orbite la réserve de Cap Guir, relevant de la commune rurale de Tamri, où nichent des espèces rares telles l’ibis chauve et le flamant rose,  pour y installer une station thermique qui aurait pu occasionner des dégâts écologiques alarmantes. Cette synergie civique de tout acabit devrait, en fait, se relancer et motiver toutes les bonnes volontés en vue de mettre fin à tous ces agissements incontrôlés et irréfléchis de ces saccageurs qui enfreignent toutes les prouesses environnementales nationales légiférant les conduites humaines à cet égard.

Related posts

*

*

Top