«Extension des mesures de sécurité face à la hausse des fraude»

«Prévisions de sécurité des paiements pour 2021»

Par Hector Rodriguez,

Parallèlement à cette année frappée par une pandémie durant laquelle le temps semblait souvent s’être arrêté, les économies mondiales ont évolué rapidement de manière à accélérer le changement, ce qui a eu un impact durable sur le comportement des consommateurs, les modes de fraude et les besoins d’atténuation des risques.

Cette année, Visa a concentré notre expertise et ressources de manière à aider les institutions financières, les commerçants partenaires, les gouvernements et les consommateurs à naviguer ces changements sismiques. Dans la perspective de l’année prochaine, je crois que bon nombre des changements dans les paiements numériques se poursuivront. Plus important encore, les expériences de cette année accéléreront l’innovation et obligeront les entreprises à tirer des leçons de leurs erreurs pour s’assurer qu’elles ne se reproduiront pas en 2021.

Les habitudes de consommation issues de la pandémie deviendront la nouvelle norme, exigeant des stratégies mises à jour de prévention de la fraude par les commerçants.

Selon l’étude Back to Business de Visa, 78% des consommateurs mondiaux interrogés ont ajusté la manière dont ils paient les articles en raison de craintes accrues de sécurité et près de la moitié (48%) ne feront pas leurs achats dans un magasin qui propose uniquement des méthodes de paiement nécessitant un contact avec un caissier ou une machine partagée comme un lecteur de carte.

Je pense que ces préférences des consommateurs ne sont pas temporaires et sont là pour durer. Ces comportements de consommation inciteront davantage les commerçants à innover afin de se développer et de répondre aux préférences des clients. Les investissements des commerçants dans de nouvelles façons d’accueillir les clients et de nouvelles façons de payer comme en ligne, dans l’application, sans contact et IoT (wearables, dans la voiture, haut-parleurs intelligents, appareils intelligents, etc.) seront récompensés par de nouvelles acquisitions de clients, maintien des clients existants et croissance des ventes.

L’exigence d’authentification forte du client contribuera à renforcer la sécurité des paiements en dehors de l’EEE et du Royaume-Uni. L’exigence d’une authentification forte du client (SCA) et de son application pour le commerce électronique commence le 1er janvier 2021 pour la plupart de l’Espace Économique Européen (EEE) avec quelques variations locales entre les pays. Bien que cela soit une exigence pour l’EEE et le Royaume-Uni, les efforts visant à renforcer et à satisfaire aux exigences de SCA se répercuteront dans d’autres régions. Avec l’augmentation des activités de fraude dans les canaux sans carte, certaines sociétés multinationales étendront probablement les mesures de sécurité renforcées à d’autres marchés où l’activité de fraude est élevée.

La modernisation des infrastructures de paiement révélera de nouvelles vulnérabilités potentielles.

Un nombre croissant de banques centrales et de fintechs contestent la tradition et explorent des moyens nouveaux et plus rapides d’envoyer de l’argent, de régler les paiements et de partager des informations. Les paiements en temps réel, la monnaie numérique et l’Open Banking soutiennent l’innovation qui correspond aux attentes des consommateurs avertis du numérique et contribueront à stimuler le commerce numérique pour les décennies à venir. Mais des paiements plus rapides offrent des possibilités de fraude plus rapide et le partage des informations client doit avoir à l’esprit la confidentialité des données.

Les Fintechs et les Banques Centrales doivent mettre en place des mécanismes pour repérer les schémas atypiques qui peuvent être un indicateur de fraude. Il est également important que les principes de l’Open Banking et du partage des données soient utilisés de manière responsable et éthique pour tous les produits, services et technologies. En 2021, les volumes de paiement en temps réel continueront d’augmenter, les monnaies numériques continueront à devenir courantes, la confidentialité des consommateurs et des données au premier plan de nombreuses discussions, et les acteurs du secteur travailleront ensemble pour résoudre les nouvelles vulnérabilités qui seront révélées.

Les agences gouvernementales mettront en œuvre des mesures d’authentification renforcées en raison des pertes dues à la fraude en 2020. Les activités de fraude ont flambé pendant la première phase de la pandémie aux États-Unis. Les aides du gouvernement américain destinés aux citoyens vulnérables touchés par la pandémie ont été ciblés par des fraudeurs en utilisant des identités volées pour demander des aides – siphonnant efficacement les fonds rendant moins de fonds disponibles aux personnes qui en avaient besoin le plus. La perte potentielle pourrait s’élever à plus de 26 milliards de dollars à l’échelle nationale.

Les agences gouvernementales voudront éviter de nouvelles pertes si des mesures de stimulus supplémentaires du gouvernement sont mises à disposition en 2021 et le feront en réexaminant leurs processus et technologies utilisés pour soutenir la vérification de l’éligibilité et la distribution des aides. Le renforcement des capacités d’authentification pour mieux évaluer l’admissibilité aux aides gouvernementales doit être une priorité l’année prochaine. Il s’agit d’un appel à agir à toutes les agences gouvernementales qui jouent un rôle dans le décaissement des aides.

La dynamique derrière l’identité numérique continuera de s’accroître, grâce à une évolution vers des solutions d’authentification client solides.

L’abandon des mots de passe et de l’authentification basée sur les connaissances s’accélérera avec l’adoption de normes d’authentification client fortes comme FIDO, qui est désormais disponible dans tous les principaux navigateurs et appareils mobiles. Les plans de systèmes d’identité électronique (e-ID) dirigés par le gouvernement et les banques évolueront parallèlement aux cadres de confiance et à la réglementation pour informer sur la manière dont les différentes parties peuvent interagir. Accélérée par Covid-19, la demande de solutions qui aident les banques et les commerçants à vérifier numériquement l’identité des consommateurs augmentera. Les parties de confiance qui ne sont pas en mesure de gérer efficacement l’identité deviendront des cibles de fraude.

Le concept selon lequel l’identité numérique est l’un des éléments constitutifs nécessaires au fonctionnement d’une souveraineté à l’ère numérique (avec les données ouvertes, la confidentialité des consommateurs et la gestion du consentement, et les paiements) gagnera en popularité. Tous les yeux seront tournés vers l’Europe alors que l’adoption du mandat SCA entrera en vigueur l’année prochaine, puisque l’identité numérique fait partie des options parmi lesquelles choisir pour une authentification renforcée avant le paiement.

Senior Vice-Président,

Responsable régional des risques,

CEMEA, Visa

*

*

Top