Fitch Rating: zoom sur les banques participatives au Maroc

Le Lancement des banques participatives au Maroc suscite toujours les commentaires des professionnels. L’agence Fitch Rating estime dans son dernier rapport sur le Maroc que le démarrage de l’activité de ces établissements bancaires permettrait de promouvoir la croissance des dépôts dans le secteur.

L’offre devrait se traduire par une augmentation de 5%/ 10% de la base des dépôts. Fitch s’attend également à un développement rapide de ces nouvelles banques à l’instar de ce qui s’est produit en Turquie et en Indonésie.

Le démarrage des premières banques participatives au Maroc ne devrait pas se traduire par une baisse de l’activité des banques conventionnelles. Le constat fait par l’Agence Fitch Rating s’explique par la grande pénétration bancaire au Maroc. La bancarisation des adultes est importante et représente aujourd’hui plus de 70% des sources de financement du secteur bancaire au Maroc.  Ce qui suppose que la part de marché de ces banques classiques ne sera pas effriter de manière significative et qu’il est encore peu probable pour les banques dites islamiques d’accaparer une forte part de marché dans les années à venir. L’agence de notation prévoit une hausse modeste de la croissance des dépôts, soit, au total, 5% à 10%.

Le développement des banques participatives au Maroc sera affecté, selon Fitch, par plusieurs facteurs à la fois. D’abord la sensibilisation des marocains à cette nouvelle offre de finance islamique. Ensuite la croissance démographique et les différentes réformes du cadre réglementaire. Cela renvoi à tout le dispositif réglementaire (Conseil central de la Charia, gestion de la liquidité de manière conforme à la charia et les différentes formes de contrats de financement) mise en place par Bank Al Maghrib pour rendre opérationnelle ces banques participatives. Enfin le soutien du gouvernement marocain à l’économie.

Le rapport de l’agence de notation annonce, par ailleurs, l’instabilité du taux de croissance du secteur bancaire marocain ces dernières années. En 2016, la progression des dépôts a dépassé celle des crédits soit respectivement 7% et 3,9% en 2016. Les prévisions de Fitch tablent sur une progression des crédits en 2017 parallèlement à l’amélioration des perspectives économiques au cours de cette même année.

Fitch rappelle enfin que banques marocaines à actionnariat 100% marocain notamment Attijariwafa Bank, BMCE Bank, Groupe Banque Centrale Populaire (BCP) et Crédit Immobilier et Hôtelier (CIH) ont choisi de créer des filiales de participation distinctes consacrées entièrement à la finance islamique. Les autres établissements de crédits contrôlés par des banques étrangères comme la BMCI, Société Générale ou encore le Crédit du Maroc ont opté pour des services via des banques de fonds islamiques spéciales.

Fairouz El Mouden

Related posts

*

*

Top