La menace de la fièvre aphteuse se confirme

Le virus de la fièvre aphteuse refait parler de lui. Des cas de boiterie ont été constatés chez les ovins et caprins adultes, notamment à Fès, Meknès, l’Oriental, Rabat, Salé et Kénitra.

Rien d’inquiétant, rassure l’ONSSA dans un communiqué. Si le virus ne présente aucune gravité sur l’état sanitaire de ces animaux, il n’empêche que des cas mortalités ont été enregistrés principalement chez les naissances d’ovins et de caprins de moins de moins d’un mois. L’Office nuance toutefois en rappelant qu’en élevage des ovins et des caprins, il est habituellement admis d’observer un faible taux de mortalité dû à plusieurs facteurs.

En tout cas, les analyses de laboratoire effectuées ont montré qu’il s’agit de la même souche virale qui a touché les bovins au début de l’année 2019, à savoir le virus «O/EA-3, East Africa» qui avait conduit l’OSSA à mettre en place un programme national de lutte pour maitriser cette maladie chez les bovins au niveau national, à travers notamment la vaccination généralisée du cheptel bovin qui compte près de 3 millions de têtes.

Mais le grand souci est tout simplement d’identifier les bêtes contaminées. Les ovins et caprins peuvent être porteurs du virus sans manifester des symptômes cliniques, rappelle l’OSSA. De plus, cette maladie qui est sans danger pour l’homme est extrêmement contagieuse pour les animaux.

Les conditions d’élevage peuvent accélérer la contamination. En effet, le mode d’élevage extensif et la mobilité des animaux ainsi que la coexistence d’autres facteurs, notamment la présence de certaines maladies d’élevage (colibacilloses, entérotoxémies, maladies parasitaires) et les conditions climatiques peuvent accentuer le phénomène. D’où l’extension du programme de lutte contre la fièvre aphteuse bovine, mis en place depuis l’apparition au Maroc de cette nouvelle souche virale en janvier 2019, aux ovins et caprins.

Les éleveurs devront toutefois prendre leur mal en patience. Les actions de lutte, en l’occurrence la campagne de vaccination, ne seront activées que le mois prochain, dès réception du vaccin adapté à cette nouvelle souche virale. Il s’agira d’une campagne de vaccination, à titre préventif, des ovins et caprins contre cette nouvelle souche virale.

L’ONSSA compte aussi effectuer des rappels de vaccin chez les bovins. Ces campagnes seront réalisées gratuitement au profit des éleveurs par les vétérinaires sanitaires mandatés et les services vétérinaires de l’ONSSA.

Related posts

*

*

Top